Du bruit dans le couple

La scène se passe dans un bar. Deux amis discutent.
– Tu sais pas quoi, je viens de m’acheter la dernière Peugeot toute électrique.
– Ah, c’est bien ça, c’est économique, ça pollue pas, c’est bien !
– Nan nan, je m’en fous ça, je l’ai achetée parce que ça fait pas de bruit. Comme ça quand je rentre à 4 heures du mat, ben ça ne fait pas de bruit. Puis j’ai acheté un portail électrique télécommandé, monté sur vérins hydrauliques, comme ça, quand j’arrive, j’appuie sur un bouton et ça ouvre le portail sans faire de bruit. Puis j’ai acheté aussi un revêtement spécial pour mon goudron, quand je roule dessus, ça fait pas UN bruit dis donc, dans la maison, t’entends rien, mais alors RIEN du tout. J’ai aussi molletonné la niche de mon chien, comme ça quand je rentre, il m’entend pas, il aboie pas et pis même s’il aboyait, ça s’entendrait pas dans la maison. J’ai monté ma porte de garage aussi sur vérin hydraulique et j’ai mis dans mon garage le même revêtement que dans mon parking. Dans la maison, je te jure, tu n’entends pas un chouïa de bruit… J’ai remplacé mes escaliers en bois par des escaliers en pierre avec de la moquette dessus, quand tu marches là-dessus, ça fait pas un poil de bruit, t’entends rien. J’ai viré les portes aussi, pour ne pas avoir à les ouvrir. J’ai acheté aussi le dernier matelas Epéda multi spires, quand tu t’assoies dessus, déjà ça fait pas un bruit et la personne qu’est allongée à coté, elle bouge pas d’un millimètre… Et ben malgré tous ces investissements, quand je rentre à 4 heures du mat, ça réveille ma femme et j’ai droit à la scène : « T’étais où ? T’as encore pris une murge avec tes débiles de copains, et gnagnagna et gnagnagna !!! »
– Ah ben mon pov’vieux, moi si tu savais, quand je rentre à 4 heures du mat’ avec le Range Rover 2,5 litres diesel, je mets un petit coup sec dans mon portail en métal pour l’ouvrir, ça fait un boucan du tonnerre. Puis je rentre dans ma cour, je me fais deux ou trois freins à mains pour la forme. Le chien il braille comme pas permis. Je rentre dans mon garage, pareil, en mettant un petit coup sec avec la bagnole, je sors en chantant à tue-tête. Je monte 4 à 4 les escaliers en bois qui grincent, je claque toutes les portes, je vais dans le frigo, je me bâfre en faisant un boucan fou, je vais dans ma piaule où y’a ma femme qui dort, je me vautre sur le matelas à eau les bras en croix en gueulant : « PUTAIN ! APRES UNE BONNE CUITE COMME CA, JE ME FERAIS BIEN SUCER MOI !!! »… Ben j’te jure que ma femme, elle se réveille pas…

La crise véhiculaire

Les perles : les assurances

« Suite au vol de notre voiture, je vous adresse ci-joint une déclaration d’assurance maladie. Il faut dire qu’à la suite de la disparition de ce véhicule, ma femme et moi avons été emmenés à l’hôpital : sous le coup de l’émotion, elle a eu une crise de nerfs et moi une crise d’éthylisme à force d’avoir trop bu. »

La résistance à l’alcool

Les perles : les assurances

« Il est vrai que j’avais beaucoup bu juste avant l’accident, mais vous devriez être content d’avoir vendu une assurance vie à un costaud comme moi : même les gendarmes ont reconnu qu’avec l’alcool que j’avais dans le sang, j’aurais dû être mort. »

L’alcool de la Toussaint

Les perles : les assurances

« Je vous rappelle que cet accident a eu lieu le jour de la Toussaint. Nous avions déjeuné en famille comme tous les ans et peut-être un peu trop bu. Il faut bien se remettre d’une visite au cimetière. »

Pour trouver Jésus…

Chez les protestants Baptistes, on pratique le baptême des adultes en les immergeant totalement dans l’eau d’une rivière. Et voilà pas qu’en pleine cérémonie de baptême baptiste, un clochard, rond comme une queue de pelle, arrive en titubant gravement. Voyant le pasteur au beau milieu de la rivière, le clochard le rejoint tant bien que mal en pataugeant.

L’homme d’église qui n’a pas remarqué l’état d’ébriété avancé du gars lui demande :
– Mon frère, es-tu prêt à trouver Jésus ?

Le clochard regarde derrière lui, constate que c’est bien à lui que s’adresse le pasteur et fait :
– Oui Révérend… Hips ! Un peu que je le veux…

À ce moment-là, le pasteur l’attrape par le col, lui plonge la tête sous l’eau, puis il le ramène à l’air libre.
– Est-ce que tu as trouvé Jésus ?
– Nooon… Hips ! J’l’ai pas trouvé…

Le révérend le replonge alors un peu plus longtemps dans l’eau de la rivière et lui demande :
– Et maintenant mon frère, as-tu trouvé Jésus ?
– Hips ! Noooon… Toujours pas…

Énervé, le pasteur laisse l’ivrogne pendant une bonne trentaine de secondes la tête sous l’eau, puis il le récupère enfin et lui demande d’un ton rude :
– Alors bon sang, as-tu enfin trouvé Jésus maintenant ?

Le clochard se frotte les yeux et murmure à l’oreille du pasteur :
– Hips ! Z’êtes sûr que c’est ici qu’il est tombé ?…