Il sait tout, Suzuki

C’est le premier jour d’école dans une classe américaine. L’institutrice présente à la classe un nouvel élève, Sakiro Suzuki (le fils du boss de Sony).

L’heure commence. L’institutrice :
– Bon, voyons qui maîtrise l’histoire de la culture américaine. Qui a dit : « donnez-moi la liberté ou la mort ? »
Pas un murmure dans la salle.

Suzuki lève la main :
– Patrick Henry, 1775, à Philadelphie.
– Très bien Suzuki !
– Et qui a dit : « L’état est le peuple, le peuple ne peut pas sombrer ?
– Abraham Lincoln, 1863 à Washington, répond Suzuki.

L’institutrice regarde les élèves et dit :
– Honte à vous ! Suzuki est Japonais et il connaît l’histoire américaine mieux que vous !

On entend alors une petite voix au fond de la classe :
– Allez tous vous faire f…, connards de Japonais !
– Qui a dit ça ? s’insurge l’institutrice.

Suzuki lève la main et sans attendre, dit :
– Général Mc Arthur, 1942, au Canal de Panama et Lee Lacocca, 1982, lors de l’assemblée générale de General Motors.

Dans la classe plongée dans le silence, on entend un discret :
– Y’m’fait vomir…

L’institutrice de hurler :
– Qui a dit ça ?

Et Suzuki :
– George Bush Senior au premier Ministre Tanaka pendant un dîner officiel à Tokyo en 1991.

Un des élèves se lève alors et crie :
– Pomp’moi l’gland !!

Et Suzuki, sans ciller :
– Bill Clinton à Monica Lewinsky, 1997 dans la salle ovale de la Maison Blanche à Washington.

Un autre élève lui hurle alors :
– Suzuki, espèce de merde !

Et Suzuki :
– Valentino Rossi, lors du Grand Prix de Moto en Afrique du Sud en 2002.

La salle tombe littéralement dans l’hystérie, l’institutrice perd connaissance, la porte s’ouvre et le directeur de l’école apparaît :
– Merde, j’ai encore jamais vu un bordel pareil !

Et Suzuki :
– Blocher, après s’être vu remettre les comptes de la Confédération par le ministre des finances Villiger.

L’hystérie générale continue, toute le monde crie en même temps, un autre directeur arrive et crie :
– Mais ce n’est pas possible !!!

Et Suzuki :
– Le peuple portugais, le 4 juillet 2004, lors de la fin du match contre la Grèce.

La folie arrive à son comble, et un Inspecteur Gouvernemental, qui était en visite à l’école, se rend sur les lieux de l’apocalypse :
– Putain mais bordel de merde fermez vos gueules ou j’appelle l’armée pour tirer dans le tas !!!

Et Suzuki :
– Le président français Macron, lors du mouvement des Gilets Jaunes…

Bonne, mais qu’à l’école

C’est Nini, la sœur de Toto qui a des problèmes avec son institutrice, une vieille fille qui a tout de la pimbêche.
« Alors Nini, tes résultats sont lamentables » lui dit la maîtresse. « Je vais te donner ce mot pour ta maman. Là-dessus, je lui écris que compte tenu des difficultés que tu éprouves en classe, il serait tout à fait indiqué que tu suives des leçons particulières. »

Nini rentre chez elle et donne le mot à sa maman. Le lendemain matin, lorsque les enfants entrent dans la classe, l’institutrice interroge la petite fille :
« Alors Nini, tu as donné mon mot à ta maman ? Qu’est-ce qu’elle t’a dit ? »

Sans se démonter, la petite répond :
« Maman a dit que quand elle était petite, elle aussi était nulle à l’école, et ça ne l’a pas empêché d’épouser un polytechnicien. Elle a aussi dit que sa sœur n’était pas meilleure qu’elle et qu’elle est quand même mariée avec le préfet. Et elle a ajouté que vous par contre, vous étiez certainement très bonne à l’école, et que pourtant vous étiez toujours vieille fille. »

Quand Toto fait du vélo

C’était le jour de la rentrée au cours élémentaire, et l’institutrice tâchait d’en savoir un peu plus sur chacun des élèves en leur faisant raconter leurs vacances :
– Alors, toi Sylvie, tu as fait du sport pendant tes vacances ? demande-t-elle.
– Euh oui madame, répond la petite fille, mon papa m’a appris à faire de la grimpette.
– Tu veux dire de la varappe je pense. Et ça t’a plu ?
– Oh oui madame beaucoup.
– Très bien. Et toi Kévin, as-tu fait du sport ?
– Oui madame. Avec mon frère, on a fait de la course.
– Ah, tu veux dire de l’athlétisme Kévin. C’est très bien ça.
– Et toi Toto, est-ce que tu as fait du sport pendant tes vacances ?
– Oh oui madame, j’ai fait du vélo ?
– Ah c’est bien ça. Mais tu sais qu’on peut aussi appeler ça du cyclisme, surtout quand on fait de la compétition. Et tu as fait du cyclisme avec toute ta famille ?
– Oh non, certainement pas ! s’exclame Toto. Papa ne veut pas que l’on fasse du cyclisme en famille !
– Et pourquoi donc ? C’est pourtant bien agréable, répond l’institutrice avec curiosité.
– Je ne sais pas, explique Toto, Mais papa dit toujours que quand maman et ma grande sœur ont leur cycle en même temps, on ferait aussi bien de quitter la ville !

La chienne de l’institutrice

La petite chienne de l’institutrice, un bâtard dénommé Pépette, a fait une fugue. Après l’école, l’institutrice passe dans toutes les rues de la ville pour essayer de la retrouver.
Elle croise finalement Toto :
– Dis-moi Toto, est-ce que tu as vu ma Pépette ?
– Non maîtresse, mais est-ce que ça pourrait être ma récompense ?