Le jeu du gendarme

Un gendarme arrête un automobiliste et lui dit :
– Bonjour Monsieur, vous venez de brûler un stop, je dois vous verbaliser mais comme aujourd’hui je suis de bonne humeur je vous offre une chance de vous rattraper.
– Ah oui ! Que dois-je faire ?
– Je vous pose deux questions si vous répondez juste à une seule des deux je fais sauter votre amende.
– D’accord !
– Qu’est-ce qui a quatre roues et un volant ?
– Une voiture ?
– Oui mais, une Toyota, une Volvo, une Fiat ? Désolé, je ne peux pas considérer la réponse comme bonne. Je vous pose la deuxième question. Qu’est-ce qui a deux roues et un guidon ?
– Un vélo ?
– Oui mais un Lapierre, un Giant, un Rockrider ? Navré mais je dois vous verbaliser.

Avant de partir l’automobiliste demande :
– Je peux aussi vous poser une question ?
– Bien sûr !
– Qu’est-ce qui fait les cent pas sur un trottoir en minijupe et un petit sac en bandoulière ?
– Une pute !
– Oui mais … ta sœur, ta mère, ou ta tante ?

Il me traite d’imbécile ou bien ?

– Monsieur le commissaire, c’est un voisin de palier qui me mène une vie impossible. Il me traite d’imbécile et me met au défi de trouver un individu plus bête que moi. Alors, je suis venu vous trouver…

Le mauvais Jean

– Papa, tu peux venir me chercher ?
– Chez qui ?
– Chez Jean…
– Jean qui ?
– Gendarmerie…

Gardez-la !

Sur l’autoroute, deux gendarmes voient subitement un véhicule accélérer devant eux. Ils le suivent et demandent au conducteur de s’arrêter. Étonnés, ils découvrent que c’est un vieux monsieur qui est au volant :
– Vous vous rendez compte, vous étiez à 200 à l’heure alors que la vitesse est limitée à 130 ! Vous êtes un vrai danger public ! Vous n’avez aucune excuse !
– Si, si, elle est toute simple, il y a vingt ans, ma femme est partie avec un gendarme et quand j’ai vu que votre voiture me suivait, j’ai cru que c’était lui qui me la ramenait.

Appeler les gendarmes

Dans un magasin « Tout pour la chasse et la pêche », un client se renseigne :
– Est-ce que ces appeaux pour attirer les canards ont été testés ?
– Je n’ai jamais eu de réclamation, répond le vendeur, pourquoi cette question ?
– La dernière fois, dit le chasseur, j’ai soufflé dans un appeau « spécial perdreaux » et j’ai vu aussitôt débarquer les gendarmes !