Le bouquet d’estomac

Une jeune femme qui se plaint de brûlures terribles à l’estomac, est emmenée à l’hôpital où elle est opérée en urgence. A son réveil, le chirurgien lui annonce :
– C’est incroyable ! Nous avons retiré de votre estomac un bouquet de fleurs. Je me demande d’où ça pouvait bien venir ?
– Je ne sais pas, moi ! Il n’y avait pas une carte avec ?

29 janvier 2019 – Fleurs sauvages menacées de disparition…

Tout doucement sans faire de bruit…
Quinze pour cent des plantes à fleurs, fougères et conifères de France métropolitaine, dont près d’une centaine d’espèces endémiques, sont en train de disparaître sous la pression des activités humaines.

dessin d'actualité humoristique sur la disparition de la flore française
29 janvier 2019 – Fleurs sauvages menacées de disparition…

(caricature de fleurs sauvages)

Les fleurs du fou

Dans un hôpital psychiatrique, un pensionnaire se livre à quelques travaux de jardinage. Le directeur l’interroge :
– Qu’est-ce que vous faites ?
– Vous le voyez bien, j’arrose les fleurs.
– Mais ce sont des fleurs artificielles !
– Je sais. C’est pourquoi mon arrosoir n’a pas de fond.

Des fleurs à la prison

À la prison de Nice, un nouveau détenu arrive dans une cellule qu’il va partager avec un autre prisonnier :
– Salut, j’ai pris vingt ans pour le casse du Crédit Lyonnais de Nice et toi ?
– Moi, j’ai pris vingt ans pour le Carnaval de Nice.
– Et comment ça ?
– Hé bien, comme tout le monde jetait des fleurs du haut de son balcon, moi j’ai jeté ma femme, elle s’appelait Marguerite.

Un poète dans l’âme

Un jeune homme entre chez la fleuriste et commande un bouquet de roses rouges. Lorsque le bouquet est préparé, la commerçante lui demande s’il y a quelque chose de spécial à noter sur la carte et le jeune homme à ce moment lui dicte quelques mots.

Un peu plus tard, le gars se retrouve devant la porte de sa dulcinée le bouquet à la main. La fille le laisse rentrer, et prend les roses.
« C’est une touchante attention », lui dit-elle. Puis, voyant le mot, elle lit à haute voix :
« Voici des roses, ô ma douce
Aussi belles que ta frimousse
Pour te dire ma jolie fleur
Quel le vœu de mon cœur
C’est mon rêve Marie-Lise
Il faut que je te bise. »

Alors la fille sourit d’un air narquois et dit :
« Dommage que je ne m’appelle pas Marie-Thérèse… »

Et le gars lui répond :
« Qu’à cela ne tienne, ce n’est pas pour rien que je m’appelle Hercule ! »