Formation à la délation

Dans la classe quelques élèves adorent faire des bêtises pour distraire les copains. Un jour une boule de papier est jetée, visant l’instituteur.
– André, dis-moi qui a lancé cette boule ?
– Je ne sais pas Monsieur.
– Cyril ?
– Je n’ai rien vu Monsieur.
– Romain ?
– Mais Monsieur, si je vous le dis, mon voisin ne sera pas content !

T’en as d’autres des questions ?

Le professeur à ses élèves :
– Je vais vous poser deux questions, celui qui aura répondu de façon satisfaisante à la première sera dispensé de répondre à la seconde.
– Voici la première question : Combien y-a-t-il de poils sur la robe d’une jument adulte ?

Un jeune élève lève la main et répond sans hésiter :
– 17 402 328 115, monsieur.

Éberlué, le professeur lui demande :
– Es -tu sûr du nombre ?
– Ah ! Ça, c’est votre seconde question, monsieur !

Jamais mieux servi que par soi-même

L’instituteur :
– Qui peut me dire la différence entre «assez» et «suffisamment» ?

Toto :
– Moi, monsieur : quand c’est maman qui me donne mon dessert, j’en ai «suffisamment», mais pour en avoir «assez», mieux vaut que je me serve moi-même.

L’accostage manqué

Les perles : les réseaux sociaux

« Je me retourna pour faire face à mon professeur. Du reste du cours je ne lui ai pas reparlé et elle est partie avant que j’ai pu l’accosté à la fin du cours. »

(Karim)

La menace implicite

J’ai dit à mon fils d’écrire sur les fiches d’informations de ses profs :

  • Profession du père : Inspecteur académique.
  • Profession de la mère : contrôleuse fiscale.