blague sur les curés

La fin de la magie

– Toute la magie de ma vie a disparu, dit une femme, avec des larmes dans la voix.
– Et depuis quand ?
– Eh bien, ça a commencé quand mon curé a cessé de dire la messe en latin et ça a encore empiré le jour où mon médecin s’est mis à rédiger des ordonnances lisibles, en les tapant sur son ordinateur.

Le curé et la sexualité

Un curé affecté au Monastère des cigales, traverse une épaisse forêt, sa petite valise à la main. Tout en parcourant son chemin, il entend des soupirs derrière un buisson. Il se penche et voit un homme et une femme en pleine action.

Il fait un signe de croix et dit :
– Mon dieu accorde leur ton pardon, ils sont fous, ils ne savent pas ce qu’ils font.
Il continue ainsi son chemin.

Deux kilomètres plus loin, il entend de nouveau des soupirs derrière un buisson. Il se penche et aperçoit deux hommes en pleine action. Il fait de nouveau un signe de croix et dit :
– Mon dieu, accorde leur ton pardon, ils sont fous, ils ne savent pas ce qu’ils font.
Et il continue son chemin.

Un kilomètre plus loin, il entend de nouveau des soupirs derrière un buisson. Il se penche et aperçoit deux lesbiennes en pleine action. Il fait de nouveau un signe de croix et dit :
– Mon dieu, accorde leur ton pardon, elles sont folles, elles ne savent pas ce qu’elles font.
Et il continue son chemin.

Enfin il arrive au monastère et il est accueilli par le père supérieur qui lui dit :
– Bienvenue mon fils, avez-vous fait bon voyage ?
– Oui mon père, mais mouvementé…
– Comment cela ?
– Ben, tout en marchand, j’ai entendu des soupirs derrière un buisson, et j’ai vu Lui et Elle, un peu plus loin, j’ai vu Lui et Lui, ensuite j’ai vu Elle et Elle…

Le père supérieur, lui tape sur l’épaule pour le rassurer et dit :
– Si vous étiez arrivé dix minutes plutôt, vous auriez vu Moi et Moi…

Le produit de la quête

En examinant le contenu de l’aumônière qui a servi à la quête, un curé s’indigne :
– J’ai déjà vu bon nombre de mes paroissiens me refiler leurs boutons de culotte mais c’est la première fois que j’en vois un se débarrasser d’une vieille fermeture éclair !

Le curé en colère

Du haut de sa chaire, un curé dépité fustige ses fidèles.
-… Et puis la réalité, c’est que vous ne m’aimez pas ! Vous ne donnez rien à la quête ou presque… Le pire, c’est que vous ne vous aimez pas plus, puisque personne ne se marie jamais dans cette église ! Et Dieu lui-même ne veut pas de vous : personne ne meurt jamais ici !