Confession psychanalytique

dessin de Yelch sur la psychanalyse et la confession
Confession psychanalytique

Rat : « Finalement la psychanalyse, c’est comme une confession pas gratuite du tout… »

Le prix de la confession

Une jeune femme se confesse chez le curé. La liste de ses péchés est plutôt longue.
– Ma petite, demande le curé, sais-tu ce que tout cela peut te rapporter ?
– Oui. Monsieur le curé, mais je ne l’ai pas fait pour l’argent !

Jolie comme un péché

Au confessionnal :
– Est-ce donc un si gros péché, mon père, que de prendre plaisir à entendre dire que je suis jolie ?
– Oui, car il ne faut jamais encourager le mensonge.

Trompé en général

Un général va mourir. Près de lui, sa femme pleure à chaudes larmes et ce spectacle émeut le vieux militaire qui se sent des remords.
– Ma chérie, il faut que tu saches, murmure-t-il. Je t’ai trompée deux fois au cours de nos cinquante ans de mariage.
– Moi aussi, chéri, je t’ai trompé deux fois, dit la générale. Une fois avec un charmant sous-lieutenant d’artillerie, une autre fois avec le vingt- huitième régiment de hussards.

Une si longue guerre

C’est un vieux monsieur qui va se confesser. Il rentre dans le confessionnal et le curé commence :

– Allez-y mon fils. Confessez vos péchés…
– Eh bien voilà mon Père. Ce que j’ai à vous avouer n’est pas joli joli… Pendant la guerre de 39-45 j’ai reçu la visite dans la ferme d’une jeune fille juive qui voulait se cacher des Allemands. Alors je l’ai cachée dans mon grenier et comme ça, ils n’ont jamais pu la trouver.
– Mais c’est très bien ça ! C’est même un acte de résistance. Ce n’est pas un péché et ça pourrait même vous valoir une médaille…
– Mais je n’ai pas fini, mon Père… A l’époque, j’étais jeune plutôt viril si voyez ce que je veux dire…. Alors je lui ai dit qu’en échange de cette cachette que je lui offrais, elle devrait m’accorder ses faveurs… sexuellement parlant…

Le curé réfléchit une minute puis reprend :
– Eh bien, les temps étaient vraiment difficiles, et puis vous preniez vraiment un très gros risque en la cachant chez vous… Je suis sûr que Dieu dans son infinie sagesse et sa grande bonté saura reconnaître en vous l’âme charitable plutôt que le simple profiteur d’une situation dramatique…
– Oh merci mon Père. C’est un gros poids sur ma conscience que vous me retirez. Est-ce que je peux vous poser une autre question ?
– Mais bien sûr, mon fils.
– Est-ce que je dois lui dire maintenant que la guerre est terminée ?…