19 septembre 2018 – La raie publique en marche…

Horticulteurs, devenez chauffeurs de bus !

dessin d'actualité humoristique du bus de l'emploi d'Emmanuel Macron
19 septembre 2018 – La raie publique en marche…

(caricature d’Emmanuel Macron)

Un rude hiver

C’est un hiver très rude, qui dure déjà depuis un bon moment. De la neige partout et un bon -15°C. Deux chauffeurs de bus boivent un café en attendant de prendre leur service.
– Alors ? Quoi de neuf mon gars ?
– Oh, y a un truc pas banal qui m’est arrivé la semaine dernière : j’ai reçu les félicitations du maire et une prime de la direction !
– Waow, purée. Et qu’est-ce que t’as fait pour mériter ça ?
– Eh bien, Mardi dernier, juste après ma première tournée de la journée, un clochard complètement bourré est monté dans mon bus et il s’est endormi sur une banquette. Comme personne ne voulait, ou plutôt ne pouvait, s’asseoir à moins de 3 mètres de lui, j’ai profité d’un arrêt où tout le monde était descendu pour prendre le poivrot par le col et le balancer sur le trottoir.
– Quoi ? Tu veux dire que le maire t’a félicité pour avoir jeté un pauvre SDF dans la neige et le froid ?
– Non, non ! Au tour suivant, j’ai vu que mon clochard était toujours allongé sur la neige, là où je l’avais laissé, et comme j’avais peur qu’il meure sur place, j’ai essayé de le déplacer mais j’ai glissé et je me suis retrouvé avec lui dans mon bus… Et là, quelqu’un a cru que j’essayais de sauver le gars et il a passé un coup de fil aux journalistes…

La grève surprise

Les perles : les entretiens d’embauche

Le candidat : « Je suis en retard mais je suis tombé sur le chauffeur de bus en grève. »

La vieille dame du bus

À la gare, deux amis attendent le bus quand arrive une vieille dame qui leur demande :
– Les enfants ! Achetez-moi un billet, j’ai oublié mon porte-monnaie !
Les garçons s’exécutent. Elle les remercie.
– Les enfants ! Aidez-moi à monter dans le bus !
Aussitôt dit, aussitôt fait.
– Les enfants soyez gentils ! Trouvez-moi une place assise, je ne peux pas rester debout !
Les garçons lui trouvent une place à côté d’un vieux monsieur qui se lève brusquement en disant :
– Laissez-moi descendre avant qu’elle ne vous demande de lui trouver un mari !

Le malotru marseillais

Nous sommes à Marseille en plein mois d’août. Le bus est bondé, plein de touristes et de locaux.
Là, coincée parmi les autres passagers, une pin-up anglaise maquillée à outrance et habillée raz-la touffe attire l’attention d’un type du pays.

La moiteur de l’été aidant, le marseillais ne peut s’empêcher de masser le postérieur de la touriste d’outre-manche.

Tout d’un coup, celle-ci se retourne et flanque un soufflet magistral au tripoteur :
– Malotru ! (à prononcer avé l’accent anglais)

Et notre marseillais tout penaud :
– Ah pardon ! Je savais pas…