L’intelligence du Procureur

Les perles : la justice

Modestie ou fausse modestie ? Un substitut du procureur a eu ce mot : « Ma maman me dit toujours : si tu étais intelligent, tu serais avocat et riche, mais tu n’es que procureur et vertueux. » Entre deux maux, il faut savoir choisir le moindre.

La fâche des associés

Deux anciens associés se sont fâchés au point d’en venir aux mains. Le plus faible dit :
– J’aurai ma revanche ! Je te traînerai devant le tribunal d’instance.
– J’y serai.
– Je te traînerai en Appel.
– J’y serai.
– Je te traînerai en Cassation.
– J’y serai.
– Je te traînerai devant Satan.
– Mon avocat y sera.

La plaidoirie de l’indulgence

Un individu n’est pas satisfait du plaidoyer de l’avocat qu’on lui a donné d’office.
– Accusé, qu’avez-vous à ajouter pour votre défense ?
– Rien, monsieur le Président, je réclame seulement l’indulgence de la cour pour mon avocat.

La culpabilité du mariage

Une avocate très, très laide défend un beau jeune homme.
– Je suis tellement sûre de son innocence dit-elle, que je suis prête à l’épouser après son acquittement.
– Dans ce cas, dit l’accusé, je préfère avouer.

L’obscurité défensive

Cet accusé qui passe devant le tribunal, demande que le procès soit renvoyé à une date ultérieure.
– Pour quelle raison ? demande le Président.
– Parce que mon avocat est malade.

Le président hausse les épaules :
– Je veux bien vous l’accorder, dit-il. Mais une chose m’intrigue. Je me demande pourquoi vous tenez à ce renvoi. Un agent de police vous a surpris en flagrant délit de cambriolage, deux témoins vous ont vu, les empreintes digitales relevées sur les lieux correspondent aux vôtres et vous avez fait des aveux complets que vous avez maintenus. Rarement une affaire n’a été plus claire. Dans ces conditions, je me demande ce que votre défenseur pourrait bien dire !
– Justement, monsieur le Président, moi aussi !