La secrétaire du cabinet d’avocat

Les deux associés d’un cabinet d’avocats viennent d’engager une très jeune et très jolie secrétaire. Aussitôt, ils se montent un challenge pour déterminer lequel des deux couchera avec elle en premier. Finalement, le plus jeune des avocats réussit à le faire, et son associé vient aux nouvelles :
– Alors, dis-moi comment ça s’est passé ? Elle est chaude ?
– Bof… ma femme est bien meilleure !

Quelques jours plus tard, le deuxième associé parvient lui aussi à coucher avec la nouvelle secrétaire. L’autre vient lui demander son évaluation de la nouvelle recrue :
– Alors, quel est ton avis sur la nouvelle ?

Et l’autre lui répond :
– Tu avais raison, ta femme est meilleure…

Inversion des rôles

Un homme marié depuis dix ans éprouve le besoin de consulter un avocat spécialisé dans les divorces.
– Lorsque je me suis marié, lui dit-il, j’étais très heureux, je rentrais à la maison après une bonne journée de travail, et j’étais accueilli par mon petit chien qui tournait autour de moi en aboyant, et par ma femme qui m’apportait mes pantoufles. Mais maintenant, tout a changé : quand je rentre à la maison, c’est mon chien qui m’apporte mes pantoufles et ma femme qui m’aboie dessus.
– Eh bien, lui répond l’avocat, je ne vois pas de quoi vous vous plaignez : vous avez toujours le même service, non ?

De lourdes conclusions

Les perles : la justice

Un prévenu suspect de fausse facturation n’a pas cru bon de prendre un avocat. Mais pour se défendre, il n’a rien trouvé de mieux que d’adresser à ses juges un carton entier de conclusions, et en recommandé, s’il vous plaît ! Plus embarrassé qu’autre chose, le président n’a pu s’empêcher de lui conseiller : « À l’avenir, si vous pouviez vous dispenser de ce genre d’initiatives ! J’ai déjà du mal à caser les douze tomes du dossier ! »

Il n’y a pas que le fric, mais quand même…

Les perles : la justice

Intervention haute en couleur d’une épouse délaissée, qui se plaignait du non-paiement de la pension alimentaire à l’audience des divorces : « Cet avocat, je le connais, il est avocat à la cour. Et un avocat à la cour, il ne se déplace pas pour rien ! » Comprenez : il a dû coûter cher à mon mari, donc mon mari peut payer la pension. L’épouse était tout ce qu’il y a de plus désintéressée.

Et la mauvaise foi, on en parle ?

Une femme va chez un avocat pour demander le divorce. Il lui dit :
– Il nous faut trouver une bonne raison. Est-ce que votre mari boit ?
– Non ! Je bois trois fois plus que lui !
– Est-ce qu’il vous donne de l’argent ?
– Il n’a pas intérêt à garder un centime, sinon, je lui donne une gifle.
– Est-ce qu’il vous frappe ?
– Non ! C’est plutôt moi qui suis un peu vive !
– Et en matière de fidélité ?
– Alors là, on le tient. Notre deuxième n’est pas de lui !