Incompatibilité féminine

Les perles : la justice

Le 30 novembre 1897, la cour d’appel de Paris rendait un arrêt péremptoire, qui interdisait aux femmes de prêter le serment d’avocat « pour incompatibilité liée aux femmes ». Aujourd’hui, les « chiennes de garde » se mobiliseraient pour moins que ça.

Le fossé du mariage

Les perles : la justice

À l’audience des divorces, quand un avocat croit bien faire, il vire parfois dans l’ornière : « Le fossé creusé la première nuit du mariage a continué à s’élargir par la suite. » Madame n’en demandait pas tant.

La mauvaise langue de l’avocat

Les perles : la justice

Dans une affaire de viol, la victime s’avance à la barre et lance, du bout des lèvres :
– Depuis cette triste affaire, je n’éprouve plus de plaisir avec les hommes.

Un avocat lâche alors en aparté :
– C’est faux. Il n’y a pas de femmes frigides. Il n’y a que des mauvaises langues !

La jonction des bouts

Les perles : la justice

L’avocat est parfois obligé d’évoquer des situations pénibles : « Mes clients ont bien du mal à joindre les deux bouts et pourtant ils ont eu six enfants. » De quoi se plaignent-ils ?

L’exhibitionniste cérébral

Les perles : la justice

À la barre, un exhibitionniste.
– Mon client, monsieur le président, est un cérébral, lance au culot l’avocat.
– Ne croyez-vous pas, maître, que vous placez le cerveau un peu bas ? rétorque le magistrat agacé.