Les cigares de l’avocat

Ceci est la meilleure histoire d’avocat de l’année et probablement du siècle au complet.

Un avocat de la ville de Charlotte (Caroline du Nord) avait acheté une boîte de 24 cigares très rares et très chers et les a ensuite assurés contre le feu entre autres. Dans le mois qui suivit, ayant consommé son entière réserve de cigares et n’ayant pas encore effectué le premier paiement de sa police d’assurance, l’avocat envoya une réclamation à sa compagnie d’assurance.

Dans sa réclamation, l’avocat indiqua que les cigares avaient été perdus « dans une série de petits incendies ». La compagnie d’assurance refusa de payer en citant la raison évidente : que l’homme avait consommé les cigares de façon normale. L’avocat intenta une poursuite… Et la gagna !

En délivrant son verdict le juge fut d’accord avec la compagnie d’assurance que la réclamation était de nature tout à fait frivole. Le juge indiqua cependant que l’avocat détenait une police de la compagnie qui garantissait que les cigares étaient assurés et que ces derniers étaient absolument protégés contre le feu sans définir ce qui constituait un incendie « acceptable ». Le juge déclara donc la compagnie dans l’obligation de rembourser l’avocat.

Au lieu d’avoir à endurer des procédures d’appel longues et coûteuses, la compagnie d’assurance accepta le jugement et paya donc 15.000 dollars à l’avocat pour sa perte de ses précieux cigares dû aux regrettables « incendies ».

Et maintenant la suite :

Une fois que l’avocat eut encaissé le chèque, la compagnie d’assurance le fit arrêter pour 24 chefs d’accusation d’incendies criminels !

Avec sa propre réclamation d’assurance ainsi que son témoignage du procès utilisé contre lui, l’avocat fut accusé d’avoir volontairement incendié une propriété assurée afin de toucher le montant d’assurance. Il fut condamné à 24 mois de prison ainsi qu’à une amende de 24 000 dollars.

Ceci est une histoire vraie qui mérita la première place aux derniers Criminal Lawyers Award Contest.

Rate this post

Les mouettes, le corbeau et l’avocat

C’était une belle journée d’été qui s’annonçait. Quelques pêcheurs à la crevette équipés de cirés et de bottes draguaient le bord de la plage tandis que des mouettes décrivaient dans le ciel des arabesques tout en piaillant d’excitation.

Deux potes mouettes discutaient tout en volant :
« Eh, si on allait fienter sur les pêcheurs pour rigoler ? »
Aussitôt dit, aussitôt fait, voilà les deux mouettes qui descendent en piqué sur leurs cibles. Mais aussi bien l’une que l’autre tirent à côté.

Dépitées, elles reprennent de l’altitude et voient alors un corbeau passer au-dessus d’un premier pêcheur, lui lâcher une fiente sur la main, continuer un peu plus loin sur un autre adepte de la pêche à la crevette et « pof », lui lâcher en piqué une perlouze au beau milieu du crâne, et terminer finalement par une attaque de face en lui collant un caca en plein dans l’œil !

Les deux mouettes qui avaient raté leur tir et qui venaient d’assister médusées à cette reconstitution de Pearl Harbour s’approchent alors du corbeau et lui demandent :
« Waow, quel bombardier tu fais. Où tu as appris à chier sur les gens comme ça ? »

Et le corbeau leur répond :
« Bah, j’ai pas de mérite. Je suis super entraîné : dans ma vie précédente, j’étais avocat. »

Rate this post

Plus blonde qu’un avocat

Un avocat et une blonde sont assis l’un à côté de l’autre dans un avion pour un long vol. L’avocat demande à la blonde si elle veut jouer à un jeu amusant. La blonde semble fatiguée et décline l’offre.

Mais l’avocat insiste et explique que le jeu est très simple et amusant :
« Je vous pose une question et si vous ne connaissez pas la réponse, vous me donnez 5 euros et vice versa. »

La blonde décline encore poliment, mais l’avocat persiste :
« Ok, disons que si je vous pose une question dont vous ne connaissez pas la réponse, vous me donnez 5 euros, mais si vous me posez une question et que je ne connais pas la réponse, je vous donnerai 500 euros. »
Cette proposition pique la curiosité de la blonde et elle décide finalement d’accepter.

L’avocat commence :
– Quelle est la distance entre la terre et la lune ?

La blonde ne dit pas un mot, ouvre sa bourse, en sort un billet de 5 euros et le donne à l’avocat.
– A ton tour ! dit l’avocat, confiant.

La blonde demande :
– Qu’est-ce qui monte la côte avec trois pattes et la redescend avec quatre pattes ?

L’avocat ne sait pas trop quoi répondre, mais pour 500 euros, il décide que ça vaut la peine de chercher ! Il sort son ordinateur portable et cherche dans son encyclopédie sur CD et dans toutes ses autres références : rien.

Il se branche sur Internet en utilisant le service téléphonique par le satellite de l’avion et fait une recherche dans toutes les bibliothèques et dans tous les sites d’énigmes imaginables : rien.

Il envoie des courriels à ses amis personne ne connaît la réponse. Au bout d’une heure, il réveille la blonde et lui remet 500 euros. Elle le remercie et se retourne pour se rendormir, mais l’avocat un peu frustré, lui demande :
– C’était quoi la réponse ?

La blonde ne dit pas un mot, ouvre sa bourse, en sort un billet de 5 euros et le donne à l’avocat.

5 (100%) 1 vote

La preuve adultérine

Une femme va consulter un avocat :
– Maître, je désire divorcer : mon mari me trompe avec sa secrétaire.
– Avez-vous des preuves ?
– Si j’ai des preuves ? Je crois bien… L’autre jour, il est rentré à la maison, m’a embrassée voluptueusement et s’est mis à me dicter une lettre !

Rate this post