Le curé œnologue

Le curé du village était connu pour connaître un large éventail de vins. C’est pourquoi, le soir des fêtes de Pâques, les habitants du village avaient organisé un grand banquet. Comme l’humeur était joviale le restaurateur proposa au curé de démontrer ses talents de sommelier en reconnaissant quelques-uns uns des crûs de sa cave.

Le curé accepta devant l’insistance des convives et on lui attacha un bandeau sur les yeux. On lui présenta un premier verre de vin. Il le sentit de longues secondes et, sans même le goûter, dit :
– C’est un Bordeaux rouge, je dirais un Saint-Émilion 1976…
Le restaurateur confirma et tout le monde applaudit l’authentique exploit.

On présenta au prêtre un second verre de vin. Celui-ci le renifla, réfléchit quelques secondes et déclara, devant l’assistance médusée :
– C’est un Côtes-du-Rhône, je dirais un Châteauneuf-du-Pape 1985…
Le restaurateur acquiesça de nouveau et le curé renouvela la performance une troisième puis une quatrième fois…

Alors que tout le monde commençait à tituber, un petit malin décida alors de jouer un tour au sympathique curé. Il demanda à sa femme de lui donner sa petite culotte qu’il plia soigneusement pour qu’elle tienne dans un verre. Il le présenta alors au curé et dit en rigolant grassement :
– Hé Monsieur le curé, dites-nous voir si vous reconnaissez ce cru-là…

Le curé prit le verre, le sentit et déclara :
– Une rousse, 31 ans, pas de la paroisse…

Le vin vinaigrette

Dans un petit restaurant, un consommateur appelle le patron pour lui dire :
– Votre vin en pichet sent le vinaigre !
– Vous ne l’appréciez pas à sa juste valeur en mangeant un hamburger-frites, répond le restaurateur, mais il va sûrement vous enchanter quand vous l’aurez versé sur la salade.

Finissons ensemble…

À des invités qui s’incrustent, une dame propose :
– Que puis-je vous offrir, encore ? Le vin, c’est terminé. Les digestifs, on en a fait le tour. Un tilleul menthe, c’est loin déjà. On pourrait peut-être fêter le lever du jour avec un café et des croissants.