Une chaîne par les hommes, pour les hommes

Cette chaîne a été commencée par de vrais hommes dans le but de rendre leur vie sexuelle encore plus fantastique.

Au contraire des chaînes habituelles, celle-ci ne te coûte rien et de plus tu auras la garantie de gagner. Il te faut simplement envoyer cet email à 9 copains (de vrais hommes comme toi). Ensuite tu dois anesthésier ta femme/copine et la placer dans un carton (n’oublie pas de faire des trous) et de l’envoyer au candidat au sommet de la liste. Bientôt ton nom sera à son tour au sommet de cette liste et tu recevras par la poste au moins 64 294 femmes.

Statistiquement, parmi ces femmes, il y aura :
1) 0,5 miss monde ;
2) 2,5 top-models ;
3) 463 nymphomanes sauvages ;
4) 3234 nymphomanes hyper sauvages ;
5) 20198 femmes capables d’orgasmes multiples ;
6) 40396 femmes bisexuelles.

Au total tu auras 64 294 femmes simplement assoiffées de sexe, moins inhibées et plus attractives que le vieux bagage arrogant que tu as envoyé. Et puis, point encore plus attrayant, tu as la garantie que ton carton original ne retournera plus en arrière.

NE BRISE PAS CETTE CHAINE !

Un type qui a envoyé seulement 5 emails à la place des 9 demandées a vu son vieux bourrin revenir, toujours habillée dans sa vieille robe de chambre avec le même mal de tête et l’expression accusatoire sur son visage. Le même jour, le top-model avec lequel il vivait depuis qu’il avait envoyé sa vielle copine est partie vivre avec son meilleur copain (auquel il n’avait pas envoyé cette lettre).

En ce moment, le type qui est en sixième place sur la liste ci-dessus a déjà reçu 837 femmes et il se trouve épuisé à l’hôpital. Le comble est qu’en dehors de sa chambre il y a encore 543 cartons qui l’attendent.

TU DOIS CROIRE A CET EMAIL !

C’est la seule opportunité pour mener une vie sexuelle totalement satisfaisante : plus de dîners coûteux, plus d’interminables discours sur des conneries (qui, de toute manière, n’intéressent que les femmes).

TU VAS BAISER ! UN POINT C’EST TOUT.

Il n’y aura plus d’obligations, pas de belles-mères arrogantes et pas de mauvaises surprises (mariage, fiançailles, etc.). N’hésite pas, envoie dès aujourd’hui ce message à 9 de tes meilleurs copains.

P.S. : SI TU N’AS PAS DE FEMME/COPINE, TU PEUX ENVOYER UN ASPIRATEUR.

Toto et Simone Heurdebaise

C’est le premier jour d’école dans cette classe de cours élémentaire. L’institutrice est en train de faire l’appel des élèves en s’attendant à tout bout de champ à ce qu’un des garnements n’en profite pour faire rire ses petits copains.
– Et toi là-bas, quel est ton nom ?
– Alexandre m’dame, Alexandre Martin.
– Très bien, et toi ?
– Jérôme Tangue, madame.
– Parfait. Et toi ?
– Simone Heurdebaise, madame.

Alors l’institutrice pique une colère :
– Ah non alors, pas de ça avec moi ! Dis-moi quel est ton vrai nom Simone !

Alors la pauvre petite ne comprend pas et sanglote :
– Mais madame, c’est vraiment mon nom. Vous pouvez aller vérifier chez les CM2 et demander à ma sœur si vous ne me croyez pas !

La maîtresse, cette mégère incrédule, décide d’en avoir le cœur net. Elle traverse le préau et se rend dans la classe des CM2. Elle frappe à la porte, entre, et sans même un regard pour l’instituteur, elle demande à la classe :
– Est-ce qu’il y a une Heurdebaise ici ?

Et du dernier rang s’élève la voix du Toto de service :
– Tu parles ! Ça risque pas : déjà qu’on a même pas de pause pour le goûter.

Pandore et le brigadier

(Récitation pour adulte, à lire à haute voix, de préférence avec un accent marseillais ou du Gers)

Un gendarme part en permission et il va voir son adjudant dans son bureau.

L’adjudant :
– Bites-moi Pandore, vous êtes bien vaginal ce matin. Où couillez-vous pédérastement en testiculant de la sorte ?

Le gendarme :
– Bite brigadier, le tampax et je dois m’en aller en sperme.

L’adjudant :
– Vous vous en allez en sperme un jour d’érection lorsque tout le monde va aux burnes, mais vous allez jeter la masturbation dans le service ! Bites-moi, où allez-vous en sperme ?

Le gendarme :
– Je m’en vais en sperme au-delà des foutrifications de la Bite Montmartre. On y jouit d’un point de vulve très clitoresque sur les copulations laborieuses. Ensuite, j’irai sur les verges fleuries de la Seine où se déroulent actuellement les fêtes Vénériennes, et je poursuivrai à travers les chancres fleuris vers les Putes Chaumont voir les jeunes filles qui jouent au pénis avec leurs craquettes.

L’adjudant :
– Bites-moi, Pandore, enculeur comptez-vous rentrer ?

Le gendarme :
– Eh bien, j’accrocherai le vagin de queue de l’automatrice et je serai là sur les couilles de baiseur-baiseur et demi.

L’adjudant :
– Très bien gendarme, alors bonne sperme et anussez-vous bien.

Le jeu du mime des métiers

C’est deux couples qui ont l’habitude de se rencontrer chaque week-end, afin de jouer aux cartes.

Mais un jour, ils décident, pour changer, de tester un nouveau jeu, dont le but est de faire deviner un métier rien qu’en le mimant.

Une des deux femmes commence : elle enlève sa chemise, son soutien-gorge et prend ses deux seins à pleine main.
– Alors, à votre avis c’est quoi le métier que je mime ?

Tout le monde se regarde et attend la réponse :
– Hé bien, c’est médecin !

L’autre femme, elle aussi veut essayer de mimer un métier. Elle enlève alors sa chemise, son soutien-gorge, prend ses deux tétons et les fait toucher l’un avec l’autre.
– Alors, à votre avis, c’est quoi le métier que je mime ?

Personne ne sait…
– Hé bien c’est bourrelier !

C’est maintenant au tour d’un des deux mecs. Lui enlève son pantalon, son slip et prend son membre dans la main, l’enrobe ensuite dans une serviette.
– Alors, à votre avis, c’est quoi le métier que je mime ?

Mais personne là encore ne sait… et tout le monde attend impatiemment sa réponse.
– Hé bien, c’est boulanger !

Le deuxième mec dit ne pas avoir compris les précédents jeux de mots… Les trois autres décident de lui expliquer. Ils prennent alors un papier ou ils font une liste et écrivent :

  • boulanger = bout langé
  • bourrelier = bouts reliés
  • médecin = mes deux seins

L’homme en question prend alors la liste et se la met dans le cul. Les autres le regardent d’un air étonné et lui demandent ce qu’il fait.
– Ben, je mime un métier !
– C’est quoi comme métier ?
– Ben, c’est oculiste !