28 octobre 2018 – Phil part ailleurs…

dessin d'actualité humoristique en hommage à Philippe Gildas
28 octobre 2018 – Phil part ailleurs…

Philippe Gildas : « Enfin un canal où l’on ne risque pas de croiser Bolloré… »
(caricature de Philippe Gildas)

Malice divine

Dans une petite localité des États-Unis, le pasteur a fait afficher l’avis suivant sur la porte de l’église : « Ce matin, à 8 h 30, notre honorable frère John Miller, nous a quitté pour le paradis… »

Le soir, une main malicieuse avait ajouté :
« Ici, paradis – STOP – 19 h 00 – STOP – John Miller toujours pas arrivé – STOP – Sommes inquiets – STOP »

Les ballons du Paradis

Ce matin-là, le petit Toto entre dans la salle de bains pendant que sa maman est en train de prendre un bain.

L’air très intrigué, le gamin pointe du doigt les seins de sa mère et demande :
– Maman, maman ? C’est quoi ça ?
– Eh bien mon petit chéri, tu vois, c’est des sortes de ballons. Et quand on meurt, ces ballons se mettent à gonfler, gonfler, gonfler, et ils t’emmènent au Ciel, directement au Paradis…

Comme tout gamin, Toto se satisfait de cette explication et s’en va jouer tranquillement avec sa PlayStation.

Quelques jours plus tard, alors que sa mère est dans la cuisine en train de préparer un bon gros pot-au-feu, Toto arrive en courant l’air affolé et lance :
– Maman, Maman, viens vite il y a tatie Florence qui est en train de mourir !
– Quoi ? Qu’est-ce qui se passe ? Où est-elle ?
– Elle dans la remise du jardin, couchée par terre, il y a ses deux ballons qui sont sortis, et papa qui est en train de les gonfler pendant que tatie Florence crie « Oh mon Dieu je viens, je viens ! »…

À la fin Sylvestre

Réunion de fin d’année à l’amphithéâtre du Paradis où contrairement à la Chambre des députés, la présence de tous les élus est obligatoire. Dieu, du haut de son perchoir, jette un œil inquisiteur : au fond de la dernière travée, il observe une place vide, mais au moment où il se lève pour signaler cette absence, quelqu’un rentre précipitamment, se fait tout petit et se met à la place manquante.
– Alors, Sylvestre, c’est comme toutes les années, toujours le dernier !

La mort de la finance

Un financier véreux meurt. Saint Pierre hésite à lui ouvrir la porte du paradis. L’homme essaie de le convaincre :
– C’est vrai, j’avais quelques mauvaises actions… mais je les ai toutes refilées !