Dialogue nocturne

Une fille, un gars :
– Allez… S’il te plaît chéri ?
– Non. Laisse-moi tranquille.
– Allez, ça ne te prendra pas trop de temps.
– Après je ne pourrais pas me rendormir.
– Mais sans ça, je ne pourrai pas dormir.
– Je voudrais bien savoir pourquoi tu penses à des trucs pareils au beau milieu de la nuit ?
– Parce que je suis brûlante !
– Toi, tu es chaude au pire moment, vraiment.
– Si tu m’aimais, je ne devrais pas avoir à insister comme maintenant pour que tu le fasses !
– Si tu m’aimais MOI, tu aurais plus de considération pour moi.
– Alors tu ne m’aimes plus.
– Mais si je t’aime, mais laisse tomber ça pour cette nuit, OK.
– (sanglots)…
– (Aaarrghh-soupirs) D’accord, je vais le faire, tu as gagné.
– Qu’est-ce qui se passe chéri ? Tu as besoin d’éclairage ?
– Je ne trouve pas…
– Ben vas-y à tâtons, tu vas quand même bien y arriver.
– Ça y est, voilà. J’y suis. Alors, heureuse ?
– Ahhhh, enfin, OUI, comme ça fait du bien !
– Bon, la prochaine fois que tu voudras dormir la fenêtre ouverte, t’iras l’ouvrir toi-même !

Un café nommé désir

Un gars, une fille :
– Chaque matin, j’ai envie de te dire à quel point j’ai besoin de toi, de ta chaleur, de ton odeur et que je te désire plus que tout.
– C’est trop chou !
– Euh… je parlais à mon café…

Faire renaître le désir

Inquiète de voir leur vie sexuelle se réduire comme peau de chagrin, une épouse incite son mari à consulter un sexologue dont on lui a dit le plus grand bien. Ce sexologue a la particularité d’utiliser l’autohypnose comme méthode thérapeutique.

Dans la semaine qui suit la consultation, les résultats sont incroyables : la vie sexuelle du couple est redevenue telle qu’elle était lors des leurs premières rencontres !

L’épouse est ravie. Et cependant, quelque chose la tracasse : toutes les nuits, avant de la rejoindre dans le lit, le mari passe dix minutes dans la salle de bains et elle l’entend marmonner des trucs !

Un beau soir, elle n’y tient plus et se décide à savoir de quoi il retourne. Sans faire de bruit, elle entrebâille la porte de la salle de bains, et elle voit son mari devant la glace en train de se répéter :
« Ce n’est pas ma femme… Ce n’est pas ma femme… Ce n’est pas ma femme… »

Ou bien quoi ?

Un homme va voir son médecin et lui dit que sa très jolie femme ne veut plus faire l’amour avec lui depuis plus de six mois.

Le doc lui répond qu’il n’a qu’à lui envoyer sa femme et qu’il aura un entretien avec elle. Alors la jeune femme consulte le médecin, qui lui demande ce qui ne tourne pas rond, et pourquoi elle n’est plus inspirée pour faire l’amour avec son mari.

Et la femme raconte :
– Tous les matins depuis six mois, je prends le taxi pour aller travailler. Mais j’ai pas d’argent alors le chauffeur de taxi me dit : « Vous allez payer aujourd’hui ou bien quoi ? », et moi je lui réponds que je vais prendre le « ou bien quoi… ». Ensuite j’arrive au travail, mais naturellement, je suis en retard. Alors le patron me dit : « Je consigne le retard ou bien quoi ? », et moi je lui réponds que je vais prendre le « ou bien quoi… ». Le soir, pour rentrer chez moi, je reprends le taxi. Et le chauffeur me dit en arrivant : « Vous allez payer ou bien quoi ? » et je reprends le « ou bien quoi… ». Alors vous voyez docteur, quand je suis chez moi, le soir, je suis trop fatiguée et je n’ai vraiment plus le goût de faire des galipettes avec mon mari !

Pendant quelques secondes, le docteur a l’air songeur, puis il dit :
– Alors, on va expliquer tout ça à votre mari, ou bien quoi ?

La toute petite envie de sexe

Un gars va chez son psychiatre :
– Docteur, j’ai un cas difficile à vous soumettre. Je n’ai plus du tout envie de ma femme !
– Depuis quand ?
– Depuis avant-hier !
– Allons, cher Monsieur, ça va certainement s’arranger. Je vais vous donner un bon conseil. La première fois que vous aurez de nouveau envie d’elle, serait-ce une toute petite envie, sautez-lui dessus sans hésiter !

Trois jours après, le gars revient.
– Eh bien, dit le psychiatre, votre problème est résolu ?
– Oh ! oui, docteur ! Hier soir, on était à table, elle a laissé tomber sa serviette par terre, elle s’est baissée pour la ramasser, j’ai vu ses cuisses et je me suis jeté sur elle comme un fou !
– Parfait ! Vous voyez que vous n’avez plus à vous plaindre !
– Mais l’ennuyeux, c’est qu’on ne pourra plus aller dîner dans ce restaurant…