Ces putes de radars

« C’est quand même bizarre qu’on ait besoin de mettre des radars au bord des routes. Alors que deux ou trois putes suffisent à ralentir tout le monde. »

Coluche

Le métier de pute

Une prostituée passe en correctionnelle pour délit de racolage. Le président l’interroge :
– Votre nom ?
– Fouchon.
– Prénom ?
– Louise.
– Age ?
– Vingt-six ans.
– Votre profession ?

Alors la prostituée, surprise :
– T’es bête, Adrien !

Orgasmes garantis… sous conditions

Un petit bonhomme chauve fait un pari avec une superbe jeune femme :
– Je vous pari que je peux vous faire jouir au moins vingt fois de suite chaque jour !

La jeune femme :
– Vingt fois de suite ? Et chaque jour ??? Ça me semble un peu beaucoup, non ?
– Non, non ! Vingt fois de suite chaque jour ! Mais il y a deux conditions ; La première, c’est que ça se passe dans le noir car je suis très timide. Et la seconde, c’est que je puisse sortir deux minutes après chaque fois, histoire de reprendre mon souffle au calme. Ça vous va ?

La jeune femme, dubitative mais extrêmement intéressée, accepte. Peu de temps après, ils se retrouvent au lit dans le noir le plus absolu.

Et effectivement, la jeune femme est obligée de d’admettre que le petit bonhomme chauve tient ses promesses ; il tire son coup dans le noir, sort deux minutes et recommence sans avoir l’air de se fatiguer…

Mais au bout d’une quinzaine de fois, elle commence à n’en plus pouvoir. Elle allume la lumière pour demander au petit bonhomme chauve d’arrêter mais, là… C’est un gars au physique plutôt désagréable, mal rasé qu’elle voit en train de la besogner…
– Mais ??? Qui êtes-vous ??? Et où est le petit bonhomme chauve ???

Et le gars de répondre :
– Le petit bonhomme chauve ??? Vous voulez dire le gars qui vend les billets ?

Le prix de la confession

Une jeune femme se confesse chez le curé. La liste de ses péchés est plutôt longue.
– Ma petite, demande le curé, sais-tu ce que tout cela peut te rapporter ?
– Oui. Monsieur le curé, mais je ne l’ai pas fait pour l’argent !

Quel bordel ces chèques déjeuner

Un employé vient de recevoir pour la première fois des chèques-repas de son employeur. Voilà une bien bonne chose pense le gars. Et aussitôt, il se décide à passer quelques bons moments de délassements dans un bordel de la capitale.

Il franchit le seuil de la maison close. Devant lui, une superbe nana bien achalandée qui ne demande qu’à recevoir son client. Fort de ces chèques-repas, notre gars se sent d’attaque et prêt à en avoir pour son argent.
– Voilà, dit-il, quel est le prix en équivalent de mes chèques-repas ?

La belle blonde désolée lui dit :
– Désolé cher monsieur, mais la maison n’accepte que du liquide…