13 novembre 2018 – Il a toujours un avis… Tranchée

dessin d'actualité humoristique sur Emmanuel Macron en affiche du Maréchal Pétain
13 novembre 2018 – Il a toujours un avis… Tranchée

« Français ! Vous n’êtes ni vendus ni trahis ni abandonnés. Venez à moi avec confiance. »
(caricature d’Emmanuel Macron en affiche pétainiste)

Aie confiance…!!

Sur son lit d’hôpital, un patient reçoit la visite de son médecin qui rentre de vacances :
– J’espère que mon confrère s’est bien occupé de vous ?
– Oui ! Mais une chose m’inquiète… Votre confrère n’a pas le même diagnostic que vous !
– Ce n’est pas grave… L’autopsie me donnera raison !

Abus de confiance

Deux médecins discutent à la terrasse d’un café lorsque passe une dame qui sourit au premier :
– Une patiente ? demande son collègue.
– Si l’on peut dire… Elle est venue me consulter avant-hier pour un bouton et je lui ai prescrit de ne plus jouer de piano pendant quinze jours.
– Je ne vois vraiment pas le rapport !
– Son appartement est juste au-dessus de mon cabinet.

De la crédibilité des excuses

Les perles : Les parents d’élèves

« Si vous ne croyez pas les mots d’excuses que je fais pour mon fils, vous n’avez qu’à demander à son père puisque c’est lui qui les fait ! »

La cyber confiance

Les perles : l’informatique

La cliente à la hotline :
« – C’est quoi toutes ces saloperies, là, que vous m’avez mises sur mon ordinateur. Je pars une semaine et quand je reviens y a des icônes dégueulasses sur mon écran !
– Madame, nous ne pouvons pas placer des icônes sur votre bureau comme et de plus nous n’avons aucun intérêt à le faire.
– C’est qui alors ?
(On vérifie l’historique : pendant toutes ses vacances, tous les jours il y a eu consultation de plein de sites de cul…, dans l’accès réseau à distance il y a des connexions style « charme » et « cyberbaise »…)
– Ce ne peut être que quelqu’un chez vous, madame.
– C’est pas possible, j’ai demandé à mon mari et à mes fils qui sont restés pendant cette semaine, ils n’ont pas surfé. J’ai confiance en eux.
– Alors il faut prévenir la police, madame. Quelqu’un entre chez vous la nuit.
– Ça doit être ça, j’ai confiance en eux… (Avec un petit doute dans la voix quand même.). »