Le conducteur ivre

Un homme rentre en piteux état.
– J’espère que tu n’as pas bousillé notre voiture ! s’écrie sa femme.
– Hélas, si, mais, j’ai une excuse : le conducteur du véhicule qui m’a heurté violemment était complètement soûl.
– Qu’est-ce qui te permet d’affirmer qu’il était complètement soûl ?
– C’est la seule explication : il conduisait un platane.

Inattention féminine, vraiment ?

– J’étais sur l’A20, en route pour le bureau. J’ai regardé à gauche et il y avait une femme dans une BMW toute neuve. Elle roulait à 120 km/h et se regardait dans le rétroviseur pendant qu’elle se maquillait. J’ai détourné le regard quelques secondes et tout à coup, elle était à moitié sur ma voie, toujours en train de se maquiller ! Ça m’a fait tellement peur que j’en ai laissé échapper mon rasoir électrique, qui a fait tomber le peigne que j’avais dans l’autre main. Dans toute cette confusion, j’ai essayé de redresser le volant avec mes genoux, mais mon téléphone portable est tombé dans le café que je tenais justement entre mes genoux : le café chaud s’est répandu et m’a brûlé. Mon téléphone est fichu et j’ai perdu la communication pendant un appel important. Avec tout ça, j’ai failli avoir un accident !

Maintenant rentrons !

Dans une soirée entre amis, un homme totalement ivre s’abat sur les genoux de sa femme assise sur un canapé, qui explique aux invités :
– C’est sa façon pour me dire : il est temps de rentrer à la maison et c’est toi qui conduis.