Pour qui me prenez-vous ?

Un milliardaire débarque dans un grand hôtel de Dakar, suivi d’une cohorte de domestiques qui portent un impressionnant matériel de ski.
– Excusez-moi, monsieur, dit le réceptionniste, j’ai peur que vous fassiez erreur, il n’y a pas de neige ici…
– Je sais, dit sèchement le visiteur, elle suit avec mes bagages.

26 juin 2019 – Il fait trop chaud…

dessin de Yelch sur la chaleur caniculaire en France
26 juin 2019 – Il fait trop chaud…

Rats : « Yelch ne va pas être content mais il fait trop chaud… On se dépoile ! »

26 juin 2019 – À poil !

Canicule : le gouvernement prend soin de vous.

dessin d’actualité humoristique sur la prévention de la canicule par le gouvernement Macron
26 juin 2019 – À poil !

Édouard Philippe : « J’ai l’habitude. Toute ces allocs et cette sécu, ça vous tient chaud… Y’a pas de mais ! »
(caricature d’Édouard Philippe)

Le virus qui donne chaud

Les perles : Les parents d’élèves

« Marianne était absente du 5 au 9 janvier parce qu’elle avait de la fièvre, un mal de gorge et d’estomac. Sa sœur était aussi malade, fièvre et mal de gorge. Son frère avait un début de fièvre. Il doit y avoir un virus qui court, même son père était chaud hier. »

Dialogue nocturne

Une fille, un gars :
– Allez… S’il te plaît chéri ?
– Non. Laisse-moi tranquille.
– Allez, ça ne te prendra pas trop de temps.
– Après je ne pourrais pas me rendormir.
– Mais sans ça, je ne pourrai pas dormir.
– Je voudrais bien savoir pourquoi tu penses à des trucs pareils au beau milieu de la nuit ?
– Parce que je suis brûlante !
– Toi, tu es chaude au pire moment, vraiment.
– Si tu m’aimais, je ne devrais pas avoir à insister comme maintenant pour que tu le fasses !
– Si tu m’aimais MOI, tu aurais plus de considération pour moi.
– Alors tu ne m’aimes plus.
– Mais si je t’aime, mais laisse tomber ça pour cette nuit, OK.
– (sanglots)…
– (Aaarrghh-soupirs) D’accord, je vais le faire, tu as gagné.
– Qu’est-ce qui se passe chéri ? Tu as besoin d’éclairage ?
– Je ne trouve pas…
– Ben vas-y à tâtons, tu vas quand même bien y arriver.
– Ça y est, voilà. J’y suis. Alors, heureuse ?
– Ahhhh, enfin, OUI, comme ça fait du bien !
– Bon, la prochaine fois que tu voudras dormir la fenêtre ouverte, t’iras l’ouvrir toi-même !