Entretien d’embauche

dessin d’actualité humoristique de Karim sur les entretiens d’embauche
Entretien d’embauche

(caricature d’entretien d’embauche)

15 janvier 2020 – Franc-Maçonnerie : ça recrute !

dessin de Miss Lilou sur la Franc-maçonnerie et la pédophilie
15 janvier 2020 – Franc-Maçonnerie : ça recrute ! – 1

Franc-Maçon : « – Vous allez me révéler vos cachotteries ?
– Qui a parrainé ce dindon ? »
(caricature de Francs-maçons)

dessin de Miss Lilou sur la Franc-maçonnerie et la pédophilie
15 janvier 2020 – Franc-Maçonnerie : ça recrute ! – 2

Franc-Maçon : « – Chouette ! Je vais pouvoir violer et torturer des gamins fraternellement en toute discrétion !
– Qui a parrainé ce dindon ? »
(caricature de Francs-maçons)

Le test de l’éléphant

« Comment sélectionner et recruter les personnels en s’assurant de leurs compétences par rapport aux missions auxquelles on les destine. »

Jusqu’à présent, ce grave problème n’avait jamais été abordé que par des approches dont l’empirisme laisse rêver. Nous proposons ci-dessous une procédure simple et rigoureuse, permettant à coup sûr de déterminer les aptitudes de chacun, et d’adapter exactement un profil caractériel et un poste de travail.

Cette procédure s’appelle le TEST DE L’ÉLÉPHANT.

Le candidat doit aller en Afrique chasser l’éléphant.  Son comportement est évalué par rapport aux conduites typiques listées ci-dessous :

LES CHEFS DE SERVICE :
Engagent des programmes ambitieux de chasse à l’éléphant, fondés sur l’hypothèse qu’après tout, un éléphant ce n’est qu’une espèce de gros rat musqué (à la voix plus grave toutefois).

LES CONSULTANTS :
Ne chassent pas l’éléphant. La plupart n’ont d’ailleurs jamais rien chassé de leur vie, mais on peut les engager pour conseiller les chasseurs (tarifs horaires sur demande!). On peut aussi leur commander des audits sur la corrélation entre la taille et la couleur des cages et l’efficacité des stratégies de chasse (à condition que quelqu’un leur montre d’abord un éléphant).

LES DIRECTEURS :
N’ont aucune chance d’attraper un éléphant. Leurs Etats-majors ont pour mission de les empêcher d’en apercevoir ne serait-ce que la queue d’un. Si par malchance un Directeur attrape quand même un éléphant, son Etat-major le félicite de sa perspicacité, et se restructure, pour que ça ne se reproduise plus.

LES ECONOMISTES :
Ne chassent pas l’éléphant. Leur opinion est qu’en les payant, on pourra obtenir des éléphants qu’ils se chassent eux-mêmes.

LES EXPERTS :
Après avoir démontré l’existence des éléphants, envoient en Afrique des thésards.

LES INFORMATICIENS :
Chassent l’éléphant en suivant l’algorithme suivant :
GOTOXY(Afrique);
FOR y:=Cap_de_Bonne_Espérance TO Méditerranée DO
FOR x:=Est TO Ouest DO
BEGIN
a:=attraper_tout_animal(y,x);
IF a=(éléphant_de_référence) THEN BREAK;
END

LES INFORMATICIENS EXPERIMENTES :
Placent un éléphant_de_référence au Caire, pour s’assurer de la convergence de l’algorithme.

LES INGENIEURS :
Vont en Afrique, et attrapent tout animal gris. Ils s’arrêtent quand le poids de l’une de leurs prises est à plus ou moins 15% près celui d’un éléphant_de_référence.

LES INSPECTEURS CHARGES DE L’ASSURANCE QUALITE :
Ne s’intéressent pas aux éléphants. Par contre, vérifient si le matériel est bien attaché dans la Land Rover.

LES JURISTES :
Suivent les chasseurs et contestent la propriété des prises. S’ils sont spécialistes du logiciel, revendiquent toutes les prises, en arguant de leur ressemblance à l’une d’elles.

LES POLITICIENS :
Ne chassent pas l’éléphant. Mais ils partageront leurs (vos) prises avec leurs électeurs.

LES PROBABILISTES :
Estiment que la probabilité qu’ils ont de rencontrer un éléphant est très faible et en déduisent que l’éléphant n’existe pas.

LES STATISTICIENS :
Chassent le premier animal qu’ils ont vu « N » fois (« N » assez grand), et l’appellent « éléphant ».

LES TECHNICO-COMMERCIAUX :
N’ont pas le temps de chasser, il faut qu’ils vendent les éléphants qu’ils n’ont pas encore pris (livraison garantie pour la veille de l’ouverture de la chasse!). S’ils sont :
– Vendeurs de logiciels : livrent la première chose qui leur tombe sous la main, et vous facturent un éléphant.
– Vendeurs de matériels : attrapent des lapins, les peignent en gris et vous les proposent comme des éléphants portables.

LES THEORICIENS :
Vont en Afrique, jettent à la mer tout ce qui n’est pas un éléphant, puis attrapent n’importe quoi de ce qui reste.

LES THEORICIENS BRILLANTS :
Commencent par essayer de prouver l’existence d’au moins un éléphant, puis partent en Afrique…

LES ASTRONOMES :
Examinent l’Afrique avec un télescope mais à partir de la grande ouverture. L’Afrique et ces éléphants deviennent tout petits. Ils prennent alors une pincette et c’est un jeu d’enfant que d’avoir son éléphant.

LES MATHEMATICIENS ANALYSTES :
Ils cherchent un éléphant en Afrique (un seul suffit). S’il n’y a pas d’éléphant, le problème est mal posé. S’il y a un éléphant alors on subdivise l’Afrique en 4. dans une au moins des 4 parties, il y a un éléphant. On subdivise alors cette partie en 4….etc… Au bout d’un nombre fini de pas, la taille de l’éléphant sera supérieure à la taille de la subdivision, alors c’est un jeu d’enfant…etc

LES MATHEMATICIENS GEOMETRES (OU ANALYSE COMPLEXE) :
On construit une cage circulaire quelque part en Afrique (un endroit calme de préférence). On réalise une inversion (ou une transformation z—->1/z. L’éléphant (qui était en dehors de la cage) se retrouve à l’intérieur. Jeu d’enfant…

Dessin un éléphant en train de passer un test
Le test de l’éléphant