blague prêt

L’argent boisé

– Maman, prête-moi 30 euros s’il te plaît !
– T’as cru que l’argent poussait sur les arbres ?
– Ben l’argent est fait de quoi ?
– De papier…
– Et le papier pousse où ?

Le prix du gros sexe

humour, blague prostituées, blague putes, blague prostitution, blague sexe, blague gros sexe, blague tarifs, blague prêt, blague bite

Deux prostituées se rencontrent un soir sur leur coin de rue habituel. L’une demande à l’autre :
– Comment ça s’est passé la nuit dernière ?
– Ah, il m’est arrivé quelque chose de surprenant.
– Ah oui, comment ça ?
– Vers minuit, il est arrivé un gars qui m’a demandé : « Ça coûte combien pour te faire l’amour ? ».
Je lui ai dit « 100 € ».
Il m’a dit : « J’ai pas autant d’argent que ça ».
Alors je lui ai dit : « Je pourrais te faire une pipe pour 50 €. »
Il me répond : « J’ai pas autant d’argent que ça ».
Là, je commençais à être tannée puis je lui ai demandé combien il avait sur lui. Il a fouillé dans ses poches puis il a sorti un vieux billet de 20 € en me disant : « C’est tout ce que j’ai ».
Je lui ai dit : « Pour 20 €, tout ce que je peux te faire c’est une branlette ».
Il m’a dit : « Je sais pas ».
Je lui ai dit : « Décide-toi, j’ai pas que ça à faire ».
Finalement, il m’a dit d’accord !
Il a ouvert sa braguette et, à ma grande surprise, diantre, il sort la plus grosse bite que j’ai jamais vue de ma vie, tu te rends compte !

L’autre fille dit :
– Wow, qu’est-ce que tu as fait ?
– Qu’est-ce que tu voulais que je fasse… je lui ai prêté 80 euros !

Publicité

16 juin 2020 – Échanges culturels

Dijon : les Tchétchènes et les jeunes du quartier des Grésilles s’affrontent. Le Raid est appelé en renfort. (source : Le Huffpost)

dessin de Zaïtchick sur les affrontements à Dijon entre Tchétchènes et jeunes du quartier des Grésilles
16 juin 2020 – Échanges culturels

Policier du Raid : « Poutine nous a gentiment prêté ses Spetsnaz. Ils ont l’habitude… Il faut juste adosser leur intervention à des travaux d’urbanisme. »
(caricature du Raid à Dijon)

J’ai tué ma femme avec un marteau

Le juge au prévenu :
– Le 25 juillet dernier, vous avez tué votre femme avec un marteau … Le reconnaissez-vous ?
– Oui, je l’avoue et j’ai fait croire qu’elle était partie en vacances !

Un homme dans la salle se lève et ne peut retenir ses cris :
– Enfoiré, salaud, fils de … !
– Silence ou je …
Le juge n’eut pas besoin de terminer sa phrase : l’homme s’est déjà calmé.

Le juge reprend l’interrogatoire :
– Le 9 septembre, vous avez tué votre belle-mère avec un marteau. Reconnaissez-vous les faits ?
– Oui, je l’avoue … avec un marteau.

A ce moment-là, la même scène se reproduit, avec le même homme :
– Enfoiré, salaud, fils de … !

Le juge ordonne son expulsion mais, par pure curiosité, il lui demanda :
– Puis-je savoir qui vous êtes pour vous exciter de la sorte ?
– Oui, Monsieur le juge … Je suis son voisin de pallier et, chaque fois que j’ai demandé à cet enfoiré de salaud de fils de … de me prêter un marteau, il a toujours prétendu ne pas en avoir !

Un homme tue sa femme avec un marteau
J’ai tué ma femme avec un marteau