blague paysan

Le vaccin contre la grippe

Un agriculteur dit à l’un de ses voisins :
– Peuh ! Le vaccin contre la grippe, je n’y crois pas ! Regarde donc le père Mathieu de la ferme des Près, il s’est fait vacciner il y a quinze jours. Trois jours plus tard, il se cassait une jambe !

L’alcool en trayant

Ce fermier est réputé pour les cuites qu’il « ramasse » assez souvent.
– Mais comment arrive-t-il à traire ses vaches ? demande quelqu’un.
– Oh ! C’est simple, répond un voisin, il place ses mains sur les pis et la vache se met à sauter en cadence !

Publicité

La météo des vacances

Un météorologiste en vacances interroge un agriculteur occupé à travailler son champ. Il aime interroger les gens de la terre car il sait qu’ils se trompent rarement.
– Belle journée, n’est-ce pas ?
– Faut le dire vite ! Il pleuvra avant la nuit, c’est certain.
– Ah ! ah ! fait le spécialiste étonné. Comment pouvez- vous prévoir ça ? D’après de vieilles douleurs qui se réveillent, la forme des nuages, le vol des oiseaux ?
– Non, d’après la radio !

La tête du cheval

Un homme vient d’acheter un cheval à un agriculteur. Mais avant même de faire son premier versement, il vient protester.
– Quel est votre problème ? demande le paysan.
– Eh bien votre canasson a toujours la tête basse, s’indigne le nouveau propriétaire.
– Oh ! c’est par fierté, explique l’agriculteur, le jour où vous aurez fini de le payer, il gardera la tête haute.

Le nom de l’ordinateur

Au moment où ils expérimentent leur ordinateur, un paysan dit à sa femme :
– Je me rappelle, dans le temps, on donnait des noms aux objets aussi bien qu’aux animaux. Quand j’allais chez mes grands-parents, les vaches se nommaient la Blanchette, la Julie, la Noiraude… Et lorsque grand-père nous emmenait en voiture, c’était dans sa Caroline. Pourquoi ne lui donnerait- on pas un joli nom à cet appareil ?
– Oui, approuve sa femme. Quelque chose comme Pic de la Mirandole, ça lui irait bien, avec tout ce qu’il sait.
– En fait, précise son mari, je pensais à quelque chose de plus familier. Compte tenu que ces engins-là, ça peut être bête et borné, en voulant toujours avoir le dernier mot, je m’étais dit qu’on l’aurait appelé : Belle-maman.