blague noirs

Ségrégation religieuse

En 1950, un habitant d’Atlanta va prier au temple et découvre une vieille Noire qui est en train de balayer.
– Sors, dit-il, tu ne sais pas que ce lieu est interdit aux Noirs ?
– C’est monsieur le pasteur qui m’a dit de balayer.
– Et alors, qu’est-ce qui prouve que tu n’en profites pas pour faire une prière ?

Publicité

Mise en perspective enfantine

Deux petits enfants, qui ont fait connaissance pendant les vacances, décident de se baigner ensemble dans la mer. Comme ils sont très jeunes, ils se déshabillent entièrement. Et soudain, la petite fille dit au petit garçon :
– Ça alors ! Jamais j’aurais cru qu’il y ait une telle différence entre un blanc et une noire !

L’As noir

dessin de Zaïtchick sur l’histoire d’Eugène Bullard
L’As noir

Eugène Bullard est né en 1895 à Colombus (Géorgie). Fuyant le racisme, il quitte les États-Unis en 1912.

Il se rend d’abord en Grande-Bretagne puis en France, le pays que son père lui a décrit comme la patrie de l’égalité et des droits de l’Homme. Il gagne sa vie comme boxeur.

Lorsque la Première Guerre Mondiale éclate, il s’engage dans la Légion étrangère pour défendre son pays d’accueil.

Il est blessé au combat et postule pour entrer dans l’aviation, d’abord comme mitrailleur puis comme pilote, obtiendra deux victoires mais ne sera jamais intégré dans l’aviation américains. Durant cette période, il séjournera occasionnellement à Clermont-Ferrand.

Après-guerre, il animera les nuits parisiennes, il est batteur de jazz et directeur de cabaret. Il rencontrera Joséphine Baker, la « Vénus Noire ».

Il se rengage dans l’armée en 1940. Blessé, il est rapatrié aux États-Unis.

En 1959, le Président De Gaulle le reconnaît « Français de l’étranger ». Il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

Eugène Bullard avait déjà reçu deux Croix de guerre, la Médaille Militaire et la Croix du Combattant volontaire. Il s’éteint en 1961. En 1991, il est promu sous-lieutenant de l’US Air Force à titre posthume.