blague hôtel

Le réveil du client

Un client furieux dit à l’hôtelier :
– Pourquoi ne m’avez-vous pas réveillé à quatre heures et demie ce matin, comme je vous l’avais demandé ? À cause de vous, j’ai raté mon train et peut-être aussi l’affaire de l’année car, à cette heure précise, je devais avoir un rendez-vous très important !

Et l’hôtelier de répondre placidement :
– Je ne voudrais pas vous vexer, Monsieur. C’est avec plaisir que je vous aurai réveillé à quatre heures et demie mais vous êtes rentré à l’hôtel ivre mort à cinq heures…

Le rhume de nuit

Un Parisien téléphone à la directrice d’un hôtel des Alpes pour retenir une chambre à l’occasion des vacances.
– Bon, conclut-il, nous sommes d’accord sur tout. Reste un point épineux à préciser. Ma femme est somnambule. Elle se promène dans son sommeil, toute nue dans sa chemise de nuit.
– Ah ! fait l’hôtelière. – Cela semble vous contrarier…
– C’est surtout que, comme je connais mon mari, il va passer ses nuits à errer dans les couloirs, sous un prétexte futile. Et avec les courants d’air qui y règnent, je vais l’avoir enrhumé pendant tout votre séjour.

Publicité

Ma femme est en ville !

blague travail, blague cocue, blague infidélité, blague hôtel, blague avertissement, blague réceptionniste, blague grande ville, humour

Comme il travaillait dans une grande ville très éloignée de son domicile, il arrivait souvent à cet homme de ne rentrer chez lui que le week-end. Un jour, voulant lui faire plaisir, sa femme envoya un message à la réception de l’hôtel où il logeait :
« Je serai là ce soir pour le dîner et je resterai jusqu’à demain ».

Le hasard a voulu qu’avant qu’on ait prévenu le mari, ce dernier s’est retrouvé nez à nez avec son épouse à l’entrée de l’hôtel. Surprise, baisers, et c’est tendrement enlacés qu’ils sont entrés dans le hall. Affolé, le réceptionniste s’est précipité derrière son client et lui a chuchoté à l’oreille :
– Faites attention, votre femme est en ville !

Ne pas déranger

Arrivé à l’hôtel à 2 heures du matin, un automobiliste avait demandé de ne pas être dérangé avant midi. À 10h30, on frappe à sa porte.
– Mais je voulais dormir jusqu’à midi ! Hurle-t-il.
– Impossible, monsieur, on a besoin des draps pour mettre la table.