Travail funèbre

Dans une entreprise de pompes funèbres, un employé en grand deuil vient voir son patron :
– Puis-je prendre mon mercredi, je dois aller à l’enterrement d’un ami, demande-t-il ?
– Ah ça, s’étonne le patron, est-ce que vous ne feriez pas du travail au noir ?

La reconversion du chirurgien

Deux chirurgiens discutent :
– Mais pourquoi veux-tu abandonner la médecine pour devenir croque-mort ?
– Pour enterrer mes erreurs.

Les enterrements de Feydeau et Courteline

Georges Feydeau, avec tout le sérieux qui le caractérisait, avait manifesté le désir qu’on l’enterre avec un téléphone dans son cercueil afin, disait-il, de pouvoir prévenir quelqu’un s’il se réveillait. Ayant eu vent du souhait de son talentueux confrère, Georges Courteline fit savoir qu’il désirait lui, être enterré avec une brosse à habit pour le moment où, bien sûr, il tomberait en poussière !