blague défécation

Publicité

Se torcher le cul avec un ticket de bus

humour, blague défécation, blague caca, blague torchage, blague torcher, blague cul, blague nettoyage, blague ticket de bus, blague hygiène, blague anus, humour sale, blague papier WC, blague papier toilettes

Savez-vous comment vous torcher le cul avec un ticket de bus ?

1 ) Prendre le ticket de bus ; le plier en quatre.

2 ) Découper une partie d’environ 5 mm du coin comportant la pliure ; le garder précieusement.

3 ) Déplier le ticket ; vous devriez obtenir un ticket percé en son milieu d’un trou d’un centimètre de diamètre.

4 ) Passer le majeur dans le ticket.

5 ) Se mettre le majeur dans l’anus et récurer frénétiquement.

6 ) Utiliser le ticket pour essuyer le doigt.

Et le coin, me direz-vous ? C’est pour enlever la merde qui reste sous l’ongle.

Dessin d'un homme qui vient de s'essuyer le cul avec uin ticket de bus
Se torcher le cul avec un ticket de bus

Les deux vieux clochards le soir de Noël

humour, blague gore, blague Noël, blague clochards, blague couple, blague sexualité, blague érection, blague caca, blague défécation, blague lecture, blague SDF, humour sale

Ce sont deux vieux, devenus clochards, et c’est le soir de Noël.

Ils sont côte à côte assis sur un banc, il fait froid et histoire de se réchauffer la vieille retrouve ses ardeurs passées et demande à son mari :
– Chéri, ça fait des années que tu ne m’as plus touchée, ce soir c’est Noël… fais moi l’amour !

Le vieux répond en ces termes :
– Oh tu me fais chier, je lis mon journal.
– Mais chéri, t’as vu comment tu me parles pour une fois que je te demande quelque chose tu pourrais t’exécuter …
– Mais tu me fais chier, j’te dis que je lis mon journal, et en plus j’ai sommeil !
– T’es vraiment pas sympa, moi j’ai envie, fais-moi l’amour je t’en supplie…
– Non, c’est non, y’a pas de Noël qui tienne, moi je lis mon journal !
– Alors là t’es vraiment vache, il fait froid, en plus on se serait réchauffé !
– Mais bordel puisque je te dis non !!!!

Alors la vieille espérant réveiller les fantasmes et l’ardeur de son mari, lui farfouille dans le pantalon… Et d’un coup sentant quelque chose de chaud qui lui montait dans la main, elle dis à son mari :
– Mais chéri tu bandes !

Et celui-ci de répondre :
– Non, je chie !