Le futur appartient aux audacieux

L’institutrice est charmante, jolie, blonde. Elle fait un cours de morale sous l’œil attendri de toute une classe de garçonnets. On entendrait une mouche voler…
– Il faut, dit-elle, toujours penser à l’avenir. Tenez, par exemple, hier j’étais dans les bras de mon père, aujourd’hui je suis dans les bras de mon époux. Mais demain ?
– Demain, demande Toto avec effronterie, est-ce que vous serez libre ?

Les limites de la conjugaison

À l’école :
– Toto, demande la maîtresse, conjugue-moi le verbe « chanter » à la seconde personne du singulier.
– « Tu chantes », madame, dit le petit Toto.
– Bien. Et si c’est ta sœur qui chante, tu diras…
– ARRÊÊÊTE !

Le canasson qui pique…

Toto demande à son père :
– Quelle est la différence entre un cheval et un cactus ?
– Euh… Je ne sais pas…
– Essaye de t’asseoir sur un cactus, et tu verras bien !

Cadeau sous influence…

Le petit Toto fait sa prière :
– Et faites qu’on m’achète la belle bicyclette qui est en vitrine chez le marchand.
– Pourquoi cries-tu comme ça ? l’interrompt sa mère, le petit Jésus n’est pas sourd.
– C’est vrai, reconnaît Toto, mais ma grand-mère, si.

Petit insolent…

Le dos tourné à la classe, la maîtresse fait la leçon sur les points cardinaux.
– Vous voyez, les enfants, devant moi, c’est le Nord, à ma gauche, c’est l’Ouest, à ma droite, c’est l’Est. Et derrière moi ?
– Derrière vous, mademoiselle, c’est Toto qui vous tire la langue !