blague commercial

Les capotes du commercial

blague métier, blague commercial, blague tics, blague capotes, blague pharmacie, blague aspirine, humour

C’est un gars qui est affublé d’un tic très marqué : il cligne des yeux tout le temps. Ce gars est justement en train de postuler pour une place de commercial, et en ce moment, il passe son entretien d’embauche.

L’employeur lui dit :
– C’est incroyable. Vous êtes diplômé des meilleures écoles de commerce, vos recommandations sont excellentes, et votre expérience est sans commune mesure par rapport à celle des autres candidats… Normalement, je vous embaucherais sans réfléchir… Pourtant, je pense qu’un commercial affublé d’un tic comme le vôtre aurait tendance à perdre des clients en leur faisant peur. Je suis désolé, mais je ne peux pas vous embaucher.

Le gars répond :
– Attendez, mon tic disparaît si je prends deux aspirines. Je vous assure !
– Vraiment ? Je ne demande qu’à vous croire. Montrez-moi !

Alors le gars fourre les mains dans ses poches et commence à en sortir toutes sortes de préservatifs des rouges, des bleus, des fluorescents, des parfumés…. Et finalement, il sort une boite d’aspirine. Il l’ouvre, prend deux comprimés, les avale, et hop, les clignements d’yeux cessent peu à peu.

Le patron est assez surpris :
– Eh bien, vous avez dit vrai. Cependant, je suis le patron d’une compagnie respectable, et je n’ai pas l’intention d’employer quelqu’un qui court les filles parmi tout le pays !
– Courir les filles ? Que voulez-vous dire ? Je suis marié et très heureux en ménage !
– Alors comment expliquez-vous tous ces préservatifs ?
– Ah ça ?! Vous êtes déjà entrés dans une pharmacie, en clignant des yeux, et en demandant de l’aspirine ?

Publicité

La blague du trou professionnel

blague métiers, blague sports, blague golf, blague profession, blague commercial, blague Tampax, blague papier toilettes, humour drôle

C’est un cadre commercial qui arrive un jour dans une ville dans laquelle il doit participer à un séminaire. En fait, il doit même y prononcer un discours.

Il se trouve un Novotel et déballe ses affaires dans sa chambre. Comme il est encore très tôt et qu’il a du temps devant lui, il demande au réceptionniste l’adresse du golf le plus proche. Ça tombe bien, le terrain de golf est à 15 minutes du Novotel.

Le gars arrive donc sur le terrain de golf et commence à jouer. Tout en jouant, il se repasse son discours dans la tête, et évidemment, il oublie rapidement à quel trou du parcours il en est. Il remarque alors qu’il y a une femme qui joue un trou devant lui. Il l’aborde et lui raconte que, tout absorbé qu’il était par son discours de l’après-midi, il s’est perdu sur le parcours.

La femme lui répond :
– Je suis au 7ème trou et vous êtes un trou derrière moi, donc vous en êtes au 6ème trou.

Le gars la remercie et reprend son jeu. Un peu plus tard, le gars s’emmêle à nouveau et retourne demander de l’aide à la dame qui lui dit :
– Je suis au quatrième trou et comme vous êtes un trou derrière moi, vous en êtes au troisième.
Une fois encore, le cadre la remercie et reprend son jeu.

Le gars finit ses 18 trous et arrive au club house. Là il voit la dame qu’il suivait durant sa partie.
Il s’adresse au barman et lui demande si il la connaît. Le barman lui répond :
– Elle est cadre commercial et vient très souvent jouer au golf pendant la semaine.

Sautant sur l’occasion, le gars retourne aborder la joueuse de golf:
– Laissez-moi vous offrir un verre pour témoigner de ma reconnaissance. Le barman m’a dit que vous étiez dans la vente?… Je suis de la partie moi aussi. Qu’est-ce que vous vendez ?

Elle lui répond :
– Si je vous le dit, vous allez vous moquer de moi !

Le gars lui assure que non et insiste. Alors elle avoue:
– Je suis cadre commercial chez Tampax

En entendant ça, le gars se roule par terre, en pleine crise de fou rire. La femme le regarde un moment, puis, quand il commence à se calmer, elle lui dit :
– Vous voyez, je vous l’avais bien dit que ça vous ferait rire.

Et le gars lui répond :
– Mais je ne ris pas parce que vous vendez des Tampax. Tout à l’heure, sur le terrain de golf, j’étais un trou derrière vous… Et bien figurez-vous que je suis cadre commercial dans une usine de papier toilettes…