blague bourreau

Publicité

La première décapitation

– Je suis un peu pâle, dit le bourreau au condamné à mort. Vous comprenez, c’est la première fois que je décapite quelqu’un.
– Moi, c’est la première fois que l’on me décapite.
– Vous êtes gentil de me le dire. Je serais moins intimidé.

La dernière volonté du condamné

Un homme est sur la chaise électrique. Le bourreau va allumer le courant quand le condamné attrape le hoquet.
« Une dernière volonté ? », interroge le bourreau.
« Oui, hic, pouvez-vous, hic, s’il vous plaît, hic, me faire peur ? »