blague blacks

L’As noir

dessin de Zaïtchick sur l’histoire d’Eugène Bullard
L’As noir

Eugène Bullard est né en 1895 à Colombus (Géorgie). Fuyant le racisme, il quitte les États-Unis en 1912.

Il se rend d’abord en Grande-Bretagne puis en France, le pays que son père lui a décrit comme la patrie de l’égalité et des droits de l’Homme. Il gagne sa vie comme boxeur.

Lorsque la Première Guerre Mondiale éclate, il s’engage dans la Légion étrangère pour défendre son pays d’accueil.

Il est blessé au combat et postule pour entrer dans l’aviation, d’abord comme mitrailleur puis comme pilote, obtiendra deux victoires mais ne sera jamais intégré dans l’aviation américains. Durant cette période, il séjournera occasionnellement à Clermont-Ferrand.

Après-guerre, il animera les nuits parisiennes, il est batteur de jazz et directeur de cabaret. Il rencontrera Joséphine Baker, la « Vénus Noire ».

Il se rengage dans l’armée en 1940. Blessé, il est rapatrié aux États-Unis.

En 1959, le Président De Gaulle le reconnaît « Français de l’étranger ». Il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur.

Eugène Bullard avait déjà reçu deux Croix de guerre, la Médaille Militaire et la Croix du Combattant volontaire. Il s’éteint en 1961. En 1991, il est promu sous-lieutenant de l’US Air Force à titre posthume.

Publicité

Blanc et black vont en prison

humour, blague prison, blague blancs, blague blacks, blague sexe, blague cellule, blague sodomie

C’est un blanc et un noir qui sont au tribunal, et qui attendent la sentence. Le verdict tombe : ils prennent 20 ans de trou… les boules… !

Comme ils se retrouvent dans la même cellule, une fois dans les murs, ils s’entendent pour se satisfaire mutuellement, sexuellement parlant. Et voilà le deal : chaque soir, ils tireront à pile ou face, et le perdant fera la femme.

Bon. Le premier soir arrive : La pièce est jetée, c’est le blanc qui gagne. Le black tombe donc son ben, se penche en avant, et attend.

Comme il ne se passe rien, il se retourne et voit le blanc qui s’astique le sexe avec un liquide blanc, gélatineux… bizarre !

Il demande des explications, et le blanc lui répond :
– C’est de la vaseline, c’est pour que t’aies moins mal au cul.

Bon, bref, il se fait emmancher sévère. Les 3 jours suivants, le même scénario se reproduit : le blanc a vraiment du pot, et le black commence à choper les boules.

Enfin, le cinquième jour, c’est le black qui gagne. La mort dans l’âme, le blanc dégrafe son fut’, se penche en avant et attend.

Au bout de trente secondes, il se retourne et voit le black qui s’enduit le sexe d’un liquide vert fluo.

Il lui demande ce que c’est et le black lui répond :
– C’est du Vicks, c’est pour que t’aies pas mal à la gorge.

La blague du test du Bronx

blague malfaiteurs, blague armes, blague crimes, blague violence, blague gang, blague Bronx, blague blacks, blague test, humour drôle

Dans le Bronx, trois jeunes blacks ont décidé de devenir de vrais gangsters. Ils en parlent à la racaille de la ville, et on leur répond de se ramener dans l’usine désaffectée (chacun devra amener sa petite amie) pour y subir un test.

Ils arrivent là tous les trois, chacun avec sa petite amie. Au premier des trois gars, on remet un pistolet 9 mm et on lui dit d’aller flinguer sa petite amie dans un des bureaux de l’usine. Après de longues minutes, le gars revient avec sa petite amie: Il n’a pas pu le faire

Au suivant, on soumet le même test. Mais lui non plus n’arrive pas à tuer sa petite amie pour entrer dans l’organisation du crime.

C’est le tour du troisième gars. Il s’isole avec sa petite amie. On entend plusieurs coups de feu… Puis plusieurs bruits sourds. Enfin le gars tout ébouriffé sort du bureau et vient rejoindre le groupe de gangsters en disant :

« Bande d’enfoirés !, pourquoi vous ne m’avez pas dit que le pistolet était chargé à blanc ? J’ai du la finir à grands coups de chaise ! »