blague auberge

L’auberge du déluge

Un estivant bloqué depuis huit jours dans une petite auberge de campagne à cause de la pluie incessante exprime au patron sa mauvaise humeur :
– C’est insupportable. On dirait le Déluge !
– Le quoi ?
– Le Déluge ! Vous n’avez pas entendu parler de Noé avec tous les animaux de la Création sur son bateau ?
– Vous savez, moi, avec tout le boulot que j’ai eu ces derniers temps, voilà bien trois semaines que je n’ai pas ouvert un journal !

Le montreur d’ours

L’histoire se déroule au siècle dernier, un montreur d’ours arrive dans une auberge et demande une chambre. Malheureusement l’auberge est complète mais le patron lui propose de passer la nuit dans l’étable en compagnie de son animal. Pendant le dîner, la serveuse fort aguichante commence à faire des avances à notre homme qui lui propose un petit rendez-vous galant dans l’étable en fin de soirée….

L’heure dite arrive, le montreur d’ours fait son affaire à la serveuse et s’endort comme une masse.

Le lendemain matin l’homme rentre dans l’auberge pour prendre son petit déjeuner ; la serveuse arrive dans un état lamentable (griffes sur le visage, robe déchirée..) et lui dit :
« Vous au lit, vous n’êtes pas une affaire, mais votre copain avec la canadienne, qu’est ce qu’il m’a mis ! »

Publicité

Une déformation professionnelle de serveuse

– Marie, dit le patron d’une auberge à la nouvelle serveuse, je sais bien qu’avant de travailler ici vous étiez employée à la cantine d’une école maternelle. Toutefois, mettez-vous bien en tête que, dans un établissement comme le nôtre, on ne force pas les clients à terminer leurs épinards s’ils veulent avoir un dessert.

Le représentant dans la région épouvantable

Un représentant, accablé par les huit jours qu’il vient de passer dans une région épouvantable, va déjeuner dans la seule auberge du village et commande le menu du jour. Au moment où la serveuse lui apporte le plat de résistance, il l’examine avec attention et s’écrie :
– Mais cette bête a des ailes !
– En effet, dit la serveuse, étonnée. Et alors ?
– Alors, je ne veux pas d’un truc qui a des ailes et qui n’en a pas profité pour quitter ce sale patelin.