Le culot de l’ivrogne infidèle

Le culot, c’est de rentrer saoul au milieu de la nuit, entouré d’un nuage de parfum, du rouge à lèvres sur les vêtements, de voir ta femme qui t’attend avec un balai à la main, et de lui taper sur les fesses en disant :
– T’énerve pas, c’est ton tour !

Le mot de passe du couple

C’est une femme mariée depuis quelques années à un informaticien, matière à laquelle elle commence à s’intéresser. Un jour elle lui demande son code d’accès pour rentrer dans ses fichiers.
– Non, je ne te dirais rien ! rétorque le mari.
– Donne-moi un indice au moins ! Ça nous concerne ? lui demande-t-elle.
– Oui, c’est à propos de nous.
– Mon prénom ? La date de notre mariage ? Allez, donne-moi un indice, le nombre de lettres, ce que tu veux, lui dit-elle.

Après ces longues minutes de négociation, le mari lui demande alors :
– Il y a combien de lettres dans « adultère » ?

La fête des vraies mères

C’est le jour de la fête des mères. Bizarrement, la maman reste silencieuse durant tout le repas. En allant préparer le café, son mari lui demande ce qui ne va pas :
– Non, ce n’est rien, lui répond sa femme.

Mais le mari insiste et lui demande encore :
– Non, allez, sérieusement, qu’est-ce qui ne va pas ?
– Tu veux vraiment le savoir ? Eh bien, je vais te le dire. Ça fait 15 ans que je torche, que j’habille et que je nourris les gosses, et le jour de la fête des mères, qu’est-ce que j’obtiens de leur part ? Rien ! Pas un merci, rien du tout !
– Et pourquoi le devraient-ils ? réplique le mari, depuis 15 ans, pas une seule fois ils ne m’ont offert de cadeau de fête des pères !
– Oui, peut-être, rétorque l’épouse, mais moi je suis leur vraie mère…

Le cocu de la haute

– Firmin !
– Oui, Madame.
– Je vous charge de dire à Monsieur qu’il est cocu…
– Ce que Madame me demande est tout à fait impossible ! Madame n’est pas sans savoir que dans le monde de Monsieur et de Madame, ce mot n’existe pas.
– Eh bien, dites-lui que je le trompe !
– Madame a-t-elle jamais entendu ce verbe pour des gens autres que ceux du commun ? Au plus pourrait-on imaginer, à l’extrême limite, que Madame a été violentée…
– Bon, alors expliquez-lui bien que je vais tous les jours me faire violenter de cinq à sept.