Blagues blondes

Les ressources humaines de la blonde

Une belle blonde, les jambes haut croisées, dit au responsable des ressources humaines de la maison où elle souhaite travailler :
– Voici mes atouts. J’ai une maîtrise de lettres modernes, un diplôme de secrétariat, six mois de stage en informatique et un charmant petit studio où, le week-end, je reçois, avec champagne et caviar, ceux que je considère comme mes véritables amis. Au fait, j’espère que vous aimez le caviar.

La blonde qui se déshabille au bureau

La secrétaire d’un important homme d’affaires voit arriver une ravissante blonde qui, sans dire un mot, commence à ôter son manteau, sa robe, son soutien-gorge.
– Mon patron, dit la secrétaire, m’a cent fois recommandé de ne pas laisser pénétrer dans son bureau quelqu’un qui n’a pas rendez-vous mais, exceptionnellement, je crois que je vais prendre le risque de ne pas respecter la consigne.

Publicité

La blonde qui avait écrasé un poulet

C’est une blonde qui vient d’écraser un poulet. Elle se rend à le ferme la plus proche et dit au fermier :
– Je viens d’écraser un poulet, je suis désolée, etc etc…
– Bah c’est pas grave ma bonne dame, vous z’avez qu’à le manger.
– D’accord mais qu’est-ce que je fais de sa moto ?

La blague du rechargement de sperme

blague rechargement, blague sperme, blague lait, blague turgescence, blague trempage, blague remplissage, humour drôle

Un homme, exténué après quelques heures de va-et-vient avec une blonde, va voir si il peut trouver de quoi reprendre des forces dans le frigo.

Il se verse un verre de lait et s’apprête à le boire quand il pense à toute la chaleur qui émane encore de son organe sexuel turgescent qui ne demande qu’à être apaisé.

Il se dit que le lait glacé, c’est exactement ce qu’il faut pour son sexe… et il trempe donc son pénis dans le verre.

A ce moment-là la blonde rentre dans la cuisine et dit :
« Oh, je me suis toujours demandé comment vous les rechargiez… »

L’odeur de la blonde

Une jeune blonde très bien habillée (tailleur Chanel etc…), avec un petit air prétentieux, se rend à son travail. Elle emprunte l’ascenseur pour rejoindre l’étage où se trouve son bureau. Un monsieur monte avec elle et ils font un bout de chemin ensemble. Après quelques secondes, il se retourne vers elle et demande :
« Pourrais-je sentir votre petite culotte ? »

C’en est visiblement trop pour la jeune femme qui ne se gêne pas pour lui hurler :
« BIEN SUR QUE NON, ENFIN !.. »

Alors le gars répond :
« Oh, ben alors ça doit être vos pieds… »