Lettre au Père Noël

Père Noël

Atelier de fabrication des jouets
Pôle Nord

Cher Père Noël,
Ecoute-moi bien, espèce de gros lutin barbu, cela fait des années que je t’aide, jouant à être le cadeau parfait, portant des vêtements de plages même en plein hiver, et j’en passe. Je déteste avoir à faire tout cela, uniquement pour que tu sois aimé, alors aujourd’hui, il est temps que tu me rendes service toi aussi.

Alors, pour Noël je veux :

1 ) Un pantalon confortable ainsi qu’un vieux gilet trop grand. Je suis tannée de ressembler à une pute avec des vêtements trop serrés. 2 ) De vrais sous-vêtements pouvant être mis et enlevés. Blanc, de préférence.

3 ) Un VRAI homme…. peut-être GI Joe. Que veux-tu que je fasse avec ce débile de Ken ? Enfin, peu importe qui tu apporteras, au moins, fabrique-le anatomiquement correct et normal.

4 ) Des bras que je peux bouger de toutes les articulations… surtout si je reçois un homme anatomiquement normal.

5 ) Une opération afin de me faire réduire le volume des seins.

6 ) Un soutien-gorge de sport que je pourrai porter jusqu’à l’opération.

7 ) Une nouvelle carrière. Il est ennuyeux d’être vétérinaire ou institutrice. Que dirais-tu de programmeur-analyste ou assistante à la production ? Ou mieux encore, directrice administratif.

8 ) De nouvelles personnalités actualisées au deuxième millènaire. Pourquoi pas la
« Barbie Spam », complété par une énorme pot de crème glacée à la pâte à biscuit et d’un sac de croustilles ? Ou encore la « Barbie qui arrête de fumer » portant un badge de nicotine et ayant plusieurs paquets de gommes.

Ok, père Noël, ça va être tout pour cette année. Considérant ma contribution à la société, je ne crois pas exagérer en te demandant cela.

Si tu n’es pas d’accord avec moi, tu n’as qu’à te trouver une nouvelle poupée stupide pour l’an prochain !
Sincèrement,

Barbie

Maison de rêve,
Malibu, Californie

Le creuseur et le reboucheur de trous

C’est un gars qui s’arrête à une station de services pour faire le plein. Après avoir rempli son réservoir, il va à la caisse pour payer et se prendre à boire car il fait très chaud.

Alors qu’il est en train de siroter son coca près de sa voiture, il voit deux hommes en train de faire des travaux sur le côté de la route. Le premier homme fait des trous d’environ deux mètres de profondeur avec sa tarière… alors que le second arrive tout de suite derrière avec sa pelleteuse pour reboucher le trou !

Ensuite, les deux gars prennent leur engins de terrassement, se déplacent de 25 mètres, et recommencent la même manipulation.

Le gars qui sirotait son coca étant d’un naturel curieux n’y tient plus, et rejoint les deux gars. Il leur demande :
– Je n’y comprend rien à ce que vous faîtes. Vous pouvez m’expliquer pourquoi l’un de vous fait des trous que le second rebouche aussitôt ? Vous êtes les cantonniers les plus bizarres que je connaisse…

Et un des deux cantonniers répond :
– Vous allez comprendre. C’est tout simple en fait. Normalement on travaille en équipe de trois. Mais aujourd’hui, le Numéro 2 de l’équipe, celui qui plante les poteaux, est malade. Mais comme on est des gars consciencieux, on se débrouille sans lui.

L’arabe et le cabinet de gynécologie

C’est un arabe avec l’accent qui passe devant un immeuble et il voit « Gynécologie quatorze heures à dix-huit heures » Il regarde, il regarde et il voit une superbe femme qui entre, qui ressort un quart d’heure après, puis encore une fille extraordinaire qui entre, qui sort… Ça n’arrête pas de toute la journée, elles entrent, elles sortent, et le gars devant la plaque fait :
– Qu’est-ce que c’est que ce trafic qu’ils fabriquent là-dedans ?

Il regarde la plaque :
– Qu’est-ce qui se passe, là-dedans ? Gynécologie, quatorze heures, dix-huit heures ? Je ne suis pas plus con que lui, je vais écrire sur ma porte que j’y nique au gourbi tous les jours à l’heure que tu veux !