Le chagrin de la séparation

– Ma femme a quitté le domicile conjugal.
– Alors, rentre chez toi et noie ton chagrin dans un verre de whisky !
– Non, murmure le délaissé. Impossible !
– Pourquoi ? Tu n’as pas de whisky ?
– Si, mais… Je n’ai pas de chagrin !

Toute nue dans le bar

Une femme nue entre dans un bar, s’assied et commande un whisky. Le barman interloqué la regarde longuement. Elle s’énerve :
– Et alors ? Qu’avez-vous à me lorgner comme ça ! Vous n’avez jamais vu une femme nue, ma parole ?
– Non, c’est pas ça, c’est juste que je me demande comment vous allez régler la consommation.

Plus près de toi, mon Dieu

A bord de l’avion qui fait la liaison Paris-New York, un archevêque appelle le steward :
– Donnez-moi un whisky s’il vous plaît !
– Certainement, monseigneur !

Mais il réfléchit et demande :
– Au fait, à quelle altitude sommes-nous actuellement ?
– A 5.000 mètres, monseigneur !
– Ah ? Nous nous rapprochons un peu trop du patron… Vous me servirez plutôt une verveine !

La terreur des saloons

Dans une ville du Far West, un cow-boy arrête son cheval face au saloon pour entrer boire un verre. L’étranger se rince le gosier avec quelques whiskys, puis, au moment de remonter en selle, il s’aperçoit que son cheval a disparu.

Furax, il entre à nouveau dans le saloon, empoigne son colt, le fait tournoyer plusieurs fois avant de tirer un coup dans le plafond en hurlant :

« LEQUEL D’ENTRE VOUS BANDE DE DÉGÉNÉRÉS, A VOLÉ MON BOURRIN !!?? »

Personne ne répond.

« D’ACCORD ! JE VAIS PRENDRE UN AUTRE WHISKY ET SI MON CHEVAL NE M’ATTEND PAS LÀ DEHORS LORSQUE JE QUITTERAI CE BAR, JE FERAI EXACTEMENT CE QUE J’AI FAIT AU TEXAS ! ET CROYEZ-MOI, ÇA NE SERA PAS DE GAIETÉ DE COEUR PARCE QUE JE DÉTESTE VRAIMENT FAIRE ÇA ! »

À ce moment-là, la plupart des clients du saloon quittent le bar en catastrophe. Le gars prend alors un autre whisky, le boit calmement, puis il sort et… miraculeusement, son cheval est réapparu !

Sans dire un mot, l’étranger se met en selle et s’apprête à quitter la ville, lorsque le barman sort du saloon et demande :
« Eh dis-moi étranger, qu’est-ce que c’est que cette chose détestable que tu as fait au Texas ? »

Alors le cow-boy lui lance sans se retourner :
« J’ai dû rentrer chez moi à pied. »