Infidélité cannibale

Deux cannibales, un père et son fils, ont été élus par la tribu pour aller chercher à manger hors des limites du village. Le père et le fils s’enfoncent au plus profond de la jungle, là où personne dans la tribu n’avait encore été, à la recherche d’une proie.

Au bout d’une journée de traque, ils croisent un petit vieux. Le fils dit :
– Oh papa, là, regarde, il y en a un !
– Non, lui répond le père. Il n’y a pas assez de viande là-dessus. On pourrait à peine le donner aux chiens. Continuons la traque.

Quelques heures plus tard, ils aperçoivent sur un homme blanc, très gros. Le fils dit :
– Hé papa, celui-là est impeccable. On va avoir à manger pendant des mois, qu’est-ce qu’on va se régaler !
– Non, répond le père. Avec lui, tout le monde dans le village aura un infarctus. Il y a trop de cholestérol dans celui-là. Attendons encore.

Une heure plus tard, voici qu’arrive une superbe et plantureuse femme blanche, le fils est excité comme une puce :
– Papa, papa, cette fois-ci y’a rien à redire. On va la bouffer, hein, dis papa.
– Non mon fils, répond le père. On ne mangera pas celle-là non plus.
– Et pourquoi pas papa ? interroge le fils, visiblement perdu.
– On ne va pas la manger, on va la ramener à la maison vivante et on mangera ta mère !

3 octobre 2018 – Service public français en vente ?

Manu Macron s’était caché ? Il n’a plus la cote !

dessin d'actualité sur la grande braderie du service public français
3 octobre 2018 – Service public français en vente ?

Solde à l’Élysée Boucherie (boutique officielle)
Préparation de viande : Pavé à griller
Ingrédients :
– Moins 120.000 agents publics.
– Moins 30 millions pour le sport amateur.
– Moins 1,6 milliard dans les hôpitaux.
– 0 euros augmentation de la retraite.
– CSG +21%
– Mutuelle +5%
– Contrôle technique +23%
– PV stationnement +130%
(caricature de la France)

Quand la viande est trop chère

Rue Saint-Denis, un SDF qui cherchait à tirer son coup depuis pas mal de temps avait rassemblé toutes ses économies pour l’occasion.

Il accoste la première fille et lui demande :
– Bonjour Chérie ! Pour tirer mon coup avec toi, ça me coûtera combien ?
– Bah, pour toi chéri, parce que tu t’es lavé et que tu ne sens pas la vinasse, je veux bien descendre à 80 euros.
– Ouh là, c’est encore trop cher ma belle ! dit le clodo avant de poursuivre son chemin.

Un peu plus loin, il accoste une autre fille et lui demande son prix pour la bagatelle.
– Parce que t’as une bonne bouille mon biquet, je veux bien descendre à 80 euros, mais pas plus bas.
– Vous êtes dures en affaire les filles et bien trop chères pour moi. Donne-moi plutôt un tuyau alors : est-ce que tu ne connaîtrais pas une fille qui aurait des prix plus abordables… J’ai pas baisé depuis cinq ans, allez, y a bien une fille qui pratique des tarifs plus bas pour les mecs comme moi ?

La fille prise d’une soudaine compassion lui indique le coin de la rue :
– Va voir là-bas et demande la grosse Monique.

Le clochard la remercie et file aborder la grosse Monique.
– Bonjour ma belle, lui dit le sans abri, j’ai pas tiré mon coup depuis cinq ans… Combien tu me prends pour te labourer le beefsteak ?

La Monique lui répond :
– Ah mon pauvre gars, tu me fais pitié. Pour toi, je veux bien te faire le truc à 40 euros !
– 40 euros ? gémit le gars, aïe aïe aïe, c’est pas ma veine j’ai tout juste 10 euros. Bon, écoute c’est bon, j’ai trouvé une solution. On va monter, je te donne mes dix euros et je ne te touche même pas.

La fille est d’accord. Arrivés dans la chambre, le clodo lui dit :
– Tiens, voilà tes 10 euros. Tout ce que tu as à faire maintenant, c’est de faire pipi dans cette cuvette émaillée et ensuite tu me laisse seul cinq minutes !

La grosse Monique s’exécute, et quitte la chambre, mais intriguée par la demande incongrue, elle regarde par le trou de la serrure et là elle voit… Le clodo tenant son braquemart turgescent d’une main ferme et le trempant dans la cuvette remplie d’urine en disant :
– Alors t’as vu comme moi le prix de la viande… Eh ben comme ça t’auras au moins droit au bouillon !

Couper les steaks en quatre

Un client interpelle le serveur :
– Garçon, ce steak est une vraie semelle !

Alors le garçon, très diplomate, s’écrie au milieu du restaurant bondé :
– Patron, ce client se plaint que son couteau ne coupe pas !

La viande du chien

Une cliente achète un rôti. Elle découvre le chien du boucher qui se lèche les babines devant la marchandise.
– Est-ce que ce gros chien ne vous mange jamais de viande ?
– Oh ! Jamais, madame, il est bien élevé, il la lèche, c’est tout.