L’invasion de l’Amérique

Le Président Donald Trump est réveillé en pleine nuit par un appel urgent du Pentagone :
– Monsieur le Président, lui dit le général en chef, à peine capable de se contenir, j’ai de bonnes et de mauvaises nouvelles de la plus haute importance à vous soumettre.
– Oh, non… gémit Trump, eh bien, allez-y, donnez-moi les mauvaises nouvelles d’abord.
– Les mauvaises nouvelles, monsieur, sont que nous avons été envahis par des créatures d’une autre planète.
– Ça alors ! et les bonnes nouvelles ?
– Les bonnes nouvelles, monsieur, sont qu’ils mangent des journalistes et qu’ils urinent du pétrole.

Rate this post

L’urine de l’assurance

Un gars va postuler pour un travail dans une agence d’assurances.

Le directeur lui répond :
– On a besoin de personne.
– Mais vous ne pouvez pas vous passer de mes services : je suis capable de vendre n’importe quoi à n’importe qui n’importe quand !
– Ah oui ? Dans ce cas : nous avons deux gros clients potentiels à qui nous ne sommes jamais parvenus à vendre quoi que ce soit. Si vous passez un marché avec l’un d’entre eux, vous avez le boulot !

Le gars prend les coordonnées des prospects et s’en va. Deux heures plus tard, il est de retour avec deux chèques en main : l’un de 12.000 euros et l’autre de 20.000 euros !
– Mince alors ! Comment avez-vous réussi ça ? Demande le patron éberlué.
– Je vous ai dit que j’étais le meilleur vendeur du monde : je pourrai vendre du crottin de cheval à quelqu’un qui vit en appartement.
– Est-ce que vous avez un échantillon de l’urine du client ? le coupe le directeur.
– Qu’est-ce que c’est que ça ?
– Ben, si vous vendez une police d’assurance qui dépasse 10.000 euros par an, la compagnie réclame un examen urinaire. Prenez ces deux petits flacons et retournez chez les clients.

Le gars s’en va et ne fait réapparition qu’en toute fin de journée. Il porte à seau de 5 litre à chaque main.

En entrant dans le bureau, il pose les seaux sur le sol et sort de sa chemise les deux flacons d’urine qu’il tend au directeur en disant :
– Voilà monsieur. Ce flacon est celui du premier client, et celui-ci appartient au deuxième client.
– Excellent, répond le patron. Et qu’est-ce que c’est que ces deux seaux par terre ?
– Ben, sur le chemin, je suis passé par le Palais des Congrès. Il y avait un séminaire pour les avocats. Alors je me suis arrêté pour leur vendre une police collective.

Rate this post

L’hypertrophie de la prostate

Un homme va consulter le médecin. Il s’assied dans la salle d’attente du cabinet médical et prend un magazine. À ce moment-là, un de ses amis le rejoint et vient s’asseoir à côté de lui. Il engage la conversation :
– T-t-t-tiens… Beu-beu-bonjour Al-Al-Alfred. Alors t-t-t-tu viens con-con-consulter t-t-t-toi aussi ? Que-que-qu’est-ce qui ta-ta-t-arrives ?

Le gars répond :
– Eh bien, si tu veux tout savoir, j’ai un problème de prostate.
– Un pro-pro-problème de pro-pro-prostate ? Que-que-qu’est-ce que-que-que c’est que ça ?
– Oh ben c’est simple : je pisse comme tu parles.

Rate this post

La guerre médecins-avocats

Deux avocats américains prennent le vol Los Angeles- New York. L’un est assis près du hublot, l’autre sur le siège du milieu.

Juste avant le décollage, un chirurgien vient s’asseoir sur le troisième siège de la rangée, celui qui se trouvant au bord de l’allée.

Aussitôt le chirurgien reconnaît les avocats :
« Hé, mais vous faites partie du cabinet Burnett & Burnett… Vous avez failli faire fermer mon hôpital avec vos procès à répétition ! »

« Oui, c’est vrai », répondent les avocats, « Mais nous n’avons fait que notre métier. Je propose que nous faisions la trêve le temps de ce vol… »

« C’est d’accord », répond le médecin.

Sur ce, l’avion décolle.

Pour être plus à l’aise, le médecin retire ses chaussures, et se remue les orteils pour se détendre. Au bout d’un moment, un des avocats dit :
« Je vais aller chercher un verre de soda dans le carré de l’équipage. »

Le médecin lui propose gentiment d’aller chercher le verre pour lui, ce qui évitera le dérangement. Pendant qu’il est parti, l’avocat prend la chaussure du chirurgien et crache dedans.

Lorsque le médecin revient avec un Coca, l’autre avocat dit aussitôt :
« Je m’excuse, je ne voudrais pas abuser, mais j’en prendrais bien un moi aussi. »

Très obligeamment, le médecin retourne cherche un autre verre de Coca, et pendant ce temps-là, le deuxième avocat prend l’autre chaussure du médecin et crache dedans lui aussi !

Le chirurgien revient avec le deuxième Coca, le tend à l’avocat et se rassied.

Au moment où l’avion atterrit à New-York, il remet ses chaussures et aussitôt, il comprend ce qui s’est passé :
« Mais combien de temps est-ce que cela va durer à la fin ?! Cette guéguerre entre nos professions ? Cette animosité ? Cette haine latente ? Ces crachats dans les chaussures et cette urine dans les verres de Coca ? »

Rate this post

L’instint sexuel animal

Encore puceau au jour de ses noces, un jeune homme commençait à s’inquiéter sérieusement de ce qui allait se passer toute à l’heure à l’hôtel avec celle qui était désormais sa femme. Pendant le repas, il confie son angoisse à son témoin et meilleur ami.

L’autre lui répond :
– Allez, t’en fais pas. T’as de la jugeote quand même… T’as déjà vu comment font les chiens dans la rue ? Eh ben t’auras qu’à faire pareil !

Tôt le lendemain matin, la jeune épouse rentre en pleurs dans la maison de ses parents. Entre deux sanglots, elle gémit :
– Il est hors de question que je passe une nuit de plus avec ce monstre… Sniff… Si tu savais ce qu’il a fait hier soir !
– Allez, dis-moi tout ma fille. Tu peux te confier à moi. On va trouver une solution.
– Eh bien voilà maman : hier soir dans la chambre, tout ce qu’il a été capable de faire, c’est de me renifler le derrière et de pisser sur le pied du lit !

Rate this post