trottoir

Bien éduqué ce petit !

Une femme remarque un petit garçon qui se tient au bord d’un trottoir. Elle lui demande :
– Tu veux traverser ?
– Oui ; mais ma mère m’a bien recommandé de laisser d’abord passer les voitures. Et depuis dix minutes que je suis là, je n’en ai pas vu une seule !

Aucune compassion

Un vieux monsieur glisse soudain et s’affale sur le trottoir. Des témoins s’empressent de le relever. Tout va bien. Mais le vieil homme remarque un jeune garçon qui pleure à chaudes larmes.
– Voyons, mon petit, il ne faut pas pleurer. Tu vois, je ne me suis pas fait mal.
– Ce n’est pas pour vous que je pleure, dit le gamin, mais vous avez écrasé ma banane en marchant dessus !

Si je t’emmerde tu le dis

Dans une grande ville, un passant demande à un autre :
– Combien de temps me faut-il encore pour arriver à la poste ?
– Continuez votre chemin ! répond l’homme interrogé.
Eh bien ! s’écrie le premier, vous n’êtes pas aimable dans ce pays !

Et il se remet à marcher sur le trottoir. A peine a-t-il fait dix mètres que l’autre l’appelle :
– Eh ! Monsieur ! Excusez- moi, mais il fallait d’abord que je constate à quelle allure vous marchiez. De ce pas là, ça vous fera quinze minutes.

Le saut du fou

Deux fous regardent le bâtiment en face d’eux.
– Tu vois, dit l’un d’eux, pas plus tard qu’hier, j’ai sauté depuis le toit et je suis arrivé en bas comme une fleur !
– Pas possible ! Comment t’as fait ?
– Simple ! Je me suis mis au bord de la terrasse, j’ai sauté en ouvrant mon parapluie !
– Banco ! Je vais faire comme toi !
Et le voilà parti vers le toit.

Le fou qui était resté en bas, aperçoit au bout d’un moment, une silhouette en équilibre au bord du toit. Après quelques instants, il saute dans le vide et s’écrase sur le trottoir ! Le fou arrive près de son compagnon littéralement éclaté :
– Mais alors, pourquoi t’as pas ouvert le parapluie ?
– J’en avais pas… alors j’ai mis un imperméable !