Les économies de Toto

Toto rentre dans le bureau de son père qui travaille sur son ordinateur.

« Papa, » lui dit-il, « Tu te souviens que tu m’as dit que tu me donnerais 20 euros si j’obtenais la moyenne à mon examen de mathématiques ? »

Le papa acquiesce.

« Eh bien, » reprend Toto, « la bonne nouvelle c’est que je t’ai économisé 20 euros. »

La fumée du cul

Toto et son pote Kévin sont assis par terre sur le trottoir et discutent de leurs paternels respectifs :
– Moi, mon père, quand il recrache la fumée de ses cigarettes, il arrive à faire des ronds de fumée ! dit Kévin.
– Ça c’est rien, répond Toto, Le mien, il arrive à fumer avec son derrière !
– Pas possible ? demande Kévin, tu l’as vraiment vu faire ?
– Non, répond Toto, mais j’ai bien vu les tâches de goudron sur son caleçon.

L’avenir de Toto

La maîtresse demande :
– Chacun votre tour vous allez me raconter ce que vous voulez faire plus tard, quand vous serez grands.

Et chacun leur tour, ils racontent :
– Moi, quand je serai grand, je veux être un grand joueur de hockey et puis si ça marche pas je serai petit joueur de hockey.
– Moi, quand je serai grand, je veux être chirurgien et puis si ça marche pas je serai brancardier.
– Moi, quand je serai grande, je veux être actrice et puis si ça marche pas je serai caissière au cinéma.
– Moi, quand je serai grand, je veux être un grand athlète et puis si ça marche pas je serai prof de gym.
– Moi, quand je serai grand, je veux des femmes et du champagne, dit Toto.
– Ah bon, s’exclame la maîtresse en riant. Et si ça ne marche pas ?
– Branlette et Pepsi !

La tondeuse de Toto

C’est un curé qui exerçait son sacerdoce en ville, et qui vient de prendre sa retraite à la campagne, dans un petit village de la Creuse.

Il a acheté une petite maison dotée d’un jardin et le moment de tondre la pelouse est arrivé. Au cours d’une ballade dans le village, il a remarqué le panonceau « TONDEUSE À VENDRE » devant la maison de Toto.

Se rendant sur place, il est accueilli par Toto lui-même qui était en train de tondre la pelouse justement, et qui l’emmène voir la machine.

Le curé essaie la tondeuse, ralentit, accélère, tond un peu de gazon, et voyant que tout fonctionne bien, fait un chèque de 150 euros à Toto et rentre chez lui avec la tondeuse.

Un peu plus tard dans la journée, Toto passe en vélo devant monsieur le curé. Il s’arrête pour regarder l’ex-prêtre s’escrimer à tirer sur la corde du démarreur sans autre résultat que des « Beurrh Beurrh » lamentables.

Toto lance à son acheteur :
– Alors Monsieur le curé, qu’est-ce qui se passe ?
– Ah ben, tu tombes bien ! Je n’arrive pas à démarrer ta tondeuse. Tu peux m’aider ?

Et Toto répond :
– C’est parce qu’il y a une méthode. Pour la faire démarrer, il faut la traiter !
– Qu’est-ce que tu veux dire par « la traiter » ?
– Ben, il faut lui balancer tous les jurons qu’on connaît, la maudire, la traiter quoi…
– Mais mon garçon, je suis un curé tu sais, et à supposer que j’aie un jour utilisé des jurons, j’ai oublié comment on faisait après toutes ces années au service du Bon Dieu !

Alors Toto lui répond :
– Bah, vous en faîtes pas monsieur l’curé. Si vous continuez à tirer cette corde, tout ça va ne va pas tarder à vous revenir…

Les paris de Toto

Toto a un gros problème. Il a le démon du jeu et parie sur tout, tout, tout ! Un jour, le père de Toto vient voir son institutrice pour évoquer le cas de son fils.

L’enseignante lui dit :
« Monsieur, je pense que je sais comment donner une bonne leçon à Toto. Nous allons lui tendre un piège en lui faisant prendre un pari qu’il perdra ! »

Le père de Toto est d’accord pour tenter le coup. Le jour suivant à l’école, l’institutrice constate que Toto fait des paris avec les autres enfants, comme d’habitude, et elle lui dit :
« Toto, tu viendras me voir après la classe. »

Quand tous les autres enfants quittent la salle de classe, Toto s’approche de l’enseignante et, avant qu’elle ne puisse parler, il lui dit :
– Ne dites rien ! Je sais ce que vous voulez me dire, mais vous êtes une menteuse !
– Toto ! sursaute l’institutrice complètement estomaquée, de quoi est-ce que tu parles ?
– On ne peut pas vous faire confiance, vous êtes un faux-jeton ! continue Toto, comment est-ce que je pourrai croire ce que vous dites ? Vous avez des cheveux blonds sur la tête, mais j’ai vu sous votre jupe et c’est noir comme du charbon !

Essayant de garder son calme, la maîtresse lui répond :
– Toto, ce n’est pas vrai !
– Je parie 1 euro que vos poils là dessous sont complètement noirs ! la défie Toto.

L’enseignante voit alors sa chance de donner une bonne leçon à Toto.
– Eh bien d’accord Toto, je tiens le pari, mais pour 20 euros, pas moins ! lui répond-t-elle.
– Tenu ! répond Toto en sortant aussitôt un billet de 20 euros.

Et rapidement, en vérifiant que personne ne pourrait entrer dans la pièce, l’enseignante relève sa jupe et baisse sa culotte, laissant voir à Toto que ses poils pubiens sont aussi blonds que ses cheveux.

Toto baisse la tête en signe de défaite.
– Vous avez gagné, lui dit-il, et il lui remet son billet de vingt euros.

Le soir même, l’enseignante appelle le papa de Toto pour lui annoncer ce qui est arrivé :
– Monsieur, je pense que nous lui avons finalement donné une bonne leçon !
– « Une bonne leçon ? » Tu parles ! s’écrie le père. Ce matin, Toto avait parié 50 euros avec moi qu’il parviendrait à voir votre «minou» avant la fin de la journée…