Toto et l’ancien Testament

La dame qui faisait la catéchèse expliquait aux petits l’histoire d’Elijah le prophète et des faux prophètes de Baal. Elle leur disait comment Elijah construisit l’autel, comment il mit le bois sur l’autel, comment il découpa le bœuf en morceaux et comment il déposa les morceaux sur l’autel.

La dame leur dit qu’ensuite, Elijah commanda au peuple de Dieu de remplir quatre barils d’eau et de les verser sur l’autel à quatre reprises.

« Maintenant », dit alors la dame de la catéchèse, « quelqu’un peut-il me dire pourquoi le Seigneur a-t-il voulu qu’Elijah fasse verser de l’eau par quatre reprises sur les morceaux de bœuf placés sur l’autel ? »

Toto qui somnolait au fond de la salle leva la main et répondit :
« Pour faire la sauce, m’dame. »

Rate this post

Les survivalistes

C’est un chef scout qui tente d’enseigner à ses louveteaux tout ce qu’il faut savoir pour survivre dans le désert.

– Quels sont les trois choses les plus importantes que l’on doit toujours avoir avec soi lorsque l’on entreprend de traverser un désert ?
Plusieurs mains se lèvent, et les réponses fournies sont toutes pertinentes : nourriture, eau, allumettes, etc.

Mais le chef scout n’est pas satisfait. Il demande à Toto (qui n’a encore rien dit jusqu’à maintenant) son avis :
– Moi, pour traverser le désert, je prendrais une boussole, de l’eau et un paquet de cartes à jouer.
– Pour la boussole et l’eau, tu as tout à fait raison, mais pourquoi diable un paquet de cartes à jouer ?
– Eh bien, parce qu’à chaque fois que vous commencez à faire une réussite, vous pouvez être sûr que dans les cinq minutes qui suivent, quelqu’un arrive derrière vous pour vous dire « Tu devrais mettre le 9 de carreau au-dessus du 10 de pique ! ».

Rate this post

Le langage des animaux à l’école

À l’école primaire de la cité des Bleuets, l’institutrice donne un cours aux enfants sur le langage des animaux.
« Allons les enfants, maintenant, vous allez chacun votre tour m’imiter le cri d’un animal. Allez, on commence. Qui peut me faire le cri de l’âne !? »

Jessica lève la main et sur un signe de la maîtresse, elle met ses mains en porte-voix et fait « HI HAN ».

« Très bien. » répond la maîtresse. « Maintenant, qui peut me faire le cri du mouton ? »

« Moi, moi » demande Henri. Il place alors ses mains en porte-voix et crie « BÊÊÊÊ ».

« Excellent » répond l’institutrice. « Et maintenant, plus difficile. Qui peut m’imiter le cri de la vache ? »

Et alors le petit Toto, affalé près du radiateur lève la main et dit « Moi madame, moi madame. Moi je sais ! ».

Étonnée, la maîtresse lui donne la parole :
« La vache, quand elle crie, elle fait : POUR DEMAIN, TU ME COPIERAS CENT FOIS “JE NE DOIS PLUS EMBÊTER MES PETITS CAMARADES PENDANT LA CLASSE” ! »

Rate this post

L’horrible métier du papa de Toto

Lors de la rentrée des classes, après les grandes vacances, l’instituteur demande aux élèves quels métiers exercent leurs parents.
– Mon papa il est agriculteur et ma maman, elle fait rien, répond Mélissa.
– Mais non Mélissa, ta maman ne fait pas rien : elle s’occupe de la maison et elle doit aider ton papa.
– Et toi Kévin ?
– Mon papa il est boucher et ma maman elle est bouchère.
– Très bien Kévin.
– À ton tour Toto.
– Mon papa, il est pianiste dans un bordel !

Stupéfait par cette réponse et n’ayant aucune envie d’expliquer aux autres élèves la signification de la phrase citée par Toto, le maître coupe court à la séance.

À la fin des cours, l’instituteur accompagne Toto à la sortie, et justement, c’est le papa de Toto qui vient rechercher son bambin. L’instit’ lui fait part de sa surprise et demande une explication au papa.

Le père lui répond :
– C’est qu’en fait, je suis avocat. Mais comment voulez-vous expliquer une chose pareille à un enfant de 7 ans ?

Rate this post

Le chauffeur de bus de Toto

Le petit Toto prend le bus matin et soir pour se rendre à l’école.

Il n’a pas de copain et s’assoit toujours seul, juste derrière le chauffeur. Et tout au long des trajets, il récite une litanie du style :
« Si mon papa était un cerf et ma maman une biche, je serais un faon ;
Si mon papa était un cheval et ma maman une jument, je serais un poulain ;
Si mon papa était un taureau et ma maman une vache, je serais un veau… »

Et ça dure comme ça tout du long du trajet, et c’est comme ça tous les jours de l’année…

Alors un soir, alors que le gamin commence son monologue :
– si mon papa était un coq et ma m…

Le chauffeur du bus, excédé, l’interrompt :
– Et si ton père était un gros fumier et ta mère une sale garce, qu’est-ce que tu serais, hein ?
– Je crois que je serais chauffeur de bus…

Rate this post