Quel imbécile, ce Toto

À l’école, le professeur demande aux élèves ce qu’ils voudraient faire plus tard. Arrive le tour de Toto :
– Moi, plus tard, je voudrais faire imbécile !

Le professeur surpris lui demande pourquoi :
– Parce que mon père dit toujours à propos du voisin : « Regarde-moi cet imbécile toujours bien habillé dans sa nouvelle Porsche. »

La note du père de Toto

Toto demande à son père :
– Papa, tu te rappelles le problème que tu m’as fait hier ?
– Et alors ?
– Hé bien, il était tout faux !

Et le père déçu :
– Alors j’ai eu zéro ?
– Oui mais ne t’inquiète pas : les autres pères n’ont pas fait mieux que toi.

Quand Toto fait du vélo

C’était le jour de la rentrée au cours élémentaire, et l’institutrice tâchait d’en savoir un peu plus sur chacun des élèves en leur faisant raconter leurs vacances :
– Alors, toi Sylvie, tu as fait du sport pendant tes vacances ? demande-t-elle.
– Euh oui madame, répond la petite fille, mon papa m’a appris à faire de la grimpette.
– Tu veux dire de la varappe je pense. Et ça t’a plu ?
– Oh oui madame beaucoup.
– Très bien. Et toi Kévin, as-tu fait du sport ?
– Oui madame. Avec mon frère, on a fait de la course.
– Ah, tu veux dire de l’athlétisme Kévin. C’est très bien ça.
– Et toi Toto, est-ce que tu as fait du sport pendant tes vacances ?
– Oh oui madame, j’ai fait du vélo ?
– Ah c’est bien ça. Mais tu sais qu’on peut aussi appeler ça du cyclisme, surtout quand on fait de la compétition. Et tu as fait du cyclisme avec toute ta famille ?
– Oh non, certainement pas ! s’exclame Toto. Papa ne veut pas que l’on fasse du cyclisme en famille !
– Et pourquoi donc ? C’est pourtant bien agréable, répond l’institutrice avec curiosité.
– Je ne sais pas, explique Toto, Mais papa dit toujours que quand maman et ma grande sœur ont leur cycle en même temps, on ferait aussi bien de quitter la ville !

Les ballons du Paradis

Ce matin-là, le petit Toto entre dans la salle de bains pendant que sa maman est en train de prendre un bain.

L’air très intrigué, le gamin pointe du doigt les seins de sa mère et demande :
– Maman, maman ? C’est quoi ça ?
– Eh bien mon petit chéri, tu vois, c’est des sortes de ballons. Et quand on meurt, ces ballons se mettent à gonfler, gonfler, gonfler, et ils t’emmènent au Ciel, directement au Paradis…

Comme tout gamin, Toto se satisfait de cette explication et s’en va jouer tranquillement avec sa PlayStation.

Quelques jours plus tard, alors que sa mère est dans la cuisine en train de préparer un bon gros pot-au-feu, Toto arrive en courant l’air affolé et lance :
– Maman, Maman, viens vite il y a tatie Florence qui est en train de mourir !
– Quoi ? Qu’est-ce qui se passe ? Où est-elle ?
– Elle dans la remise du jardin, couchée par terre, il y a ses deux ballons qui sont sortis, et papa qui est en train de les gonfler pendant que tatie Florence crie « Oh mon Dieu je viens, je viens ! »…

La tactique à Toto

C’est Toto qui commence tout juste à savoir compter. Un jour que son oncle vient lui rendre visite, Toto tient beaucoup à faire étalage de ses nouvelles compétences. Il demande à son tonton de l’interroger.
– Combien font trois plus quatre ? demande le tonton.

Le petit garçon fait le compte sur ses doigts et dit « sept ».

L’oncle répond :
– C’est bien fiston, mais tu ne peux pas continuer à compter sur tes doigts. Un beau jour, ta maîtresse va se fâcher contre toi. Allez, mets un peu tes mains dans tes poches maintenant.

Et donc le petit garçon met ses mains dans ses poches, puis son oncle lui demande :
– Combien font cinq plus cinq ?

L’oncle voit les mouvements des doigts dans les poches du petit garçon, et puis Toto dit finalement : « onze ».