torture

Publicité

La passion de Gilles de Rais

Les perles : la justice

Gilles de Rais (1404-1440), maréchal de France, compagnon de Jeanne d’Arc, mais prince de l’horreur, voue une même passion au crime et à la débauche, sur fond de magie noire. Il crée une « Fondation des Saints Innocents », mais quotidiennement dans les tours sombres de ses châteaux de Champtocé, de Machecoul et de Tiffauges, avec quelques-uns de ses complices avertis, il pratique son sport préféré qu’il résume ainsi joliment, lors de son procès : « … couper la tête des jeunes enfants… séparer la tête… enlever les membres… les fendre pour en voir les entrailles… les attacher à un croc de fer pour les étrangler… » Gentil garçon.

Une rude journée

Les perles : la justice

Janvier 1757. Au moment de grimper dans son carrosse, Louis XV est poignardé par un inconnu. La blessure n’est que légère, mais Damiens, le régicide, est quand même traduit devant le Parlement de Paris. Il va subir un calvaire atroce. Écartelé, brûlé au soufre en fusion, puis jeté dans les flammes.

Au petit matin, avant de partir pour son supplice, le régicide, visionnaire, s’est contenté de déclarer : « Allons, la journée sera rude ! »