C’est si simple la médecine

Une grande tension régnait dans la salle d’opération. Le gynécologue et le chirurgien s’affairaient à une césarienne compliquée. Plus tard, après que tout se fut très bien passé, l’anesthésiste demanda si c’était une fille ou un garçon.
– Je ne sais pas, répondit le chirurgien qui n’a pas pris garde à ce détail.
– Moi non plus, dit le gynécologue.

Une jeune infirmière stagiaire qui participait à l’opération, s’avança timidement :
– Je vous prie de m’excuser, mais si vous me permettiez de voir le bébé un instant, je pourrais peut-être vous renseigner…

Quel poids est-il ?

– Regarde, Laurence, j’ai une montre formidable ! Elle donne le nord et prend la tension. Tu appuies ici, elle te donne ton poids exact. Tu tournes dans ce sens, et tu as la radio FM, tu tires le bracelet, elle enregistre. C’est pas beau, ça ?
– Mais elle ne donne pas l’heure ta montre !
– Euh non, ça, c’est en option.

20 juin 2019 – Iran la monnaie

dessin d’actualité humoristique sur les tensions entre l’Iran et les États-Unis
20 juin 2019 – Iran la monnaie

(caricature de Donald Trump)

17 mai 2019 – Qui est le suppôt de Satan ?

dessin d’actualité humoristique sur les tensions entre l’Iran et les États-Unis
17 mai 2019 – Qui est le suppôt de Satan ?

(caricature des tensions États-Unis – Iran)

L’attrait du toucher rectal

C’est Jean-Guy qui est tellement fatigué qu’il se résout à consulter le médecin.
– Docteur, si vous saviez comme je suis fatigué, mais fatigué… C’est bien simple, je ne suis plus bon qu’à rester au lit toute la journée. Vous ne voudriez pas voir si je ne couve pas quelque chose ?
– Eh bien, je vais vous ausculter. Déshabillez-vous…

Le médecin lui prend la tension : elle est normale. Ensuite le médecin prend son stéthoscope et l’applique sur le dos de Jean-Guy, puis il lui demande :
– Dites 33
– 33… … 33… … 33… … 33… … 33… …
– Très bien… Je ne trouve rien de spécial, mais pour plus de sécurité, je vais vous faire un toucher rectal…

Le médecin enfile un gant en latex, procède à l’exploration de la prostate et s’adressant à nouveau à son patient, il demande :
– Allez-y, dites 33…

Et Jean-Guy :
– 1… 2… 3… 4… 5… 6…