taureaux

La première nuit de noce

Hubert et Marie passent leur première nuit de noces

Marie se déshabille, s’couche, Hubert ar’tire l’patalon, l’pose sur le rebord du lit, r’tire sa k’mise met sa k’mise de nuit pi y s’couche.

Il s’endort aussitôt.
La Marie s’dit : « la mé m’avions point dit kchétait comme cha la nit d’noces. ».

Elle secoue Hubert :
Marie : « Hubert, Hubert ! »
Hubert : « m’ouai »
Marie : « ai frais du côté drait »
Hubert s’lève, fait l’tour du lit et s’couche à draite de Marie pis y s’endort.

Marie est inquiète et 5 min plus tard :
Marie : « Hubert »
Hubert : « mhum »
Marie : « ai frais du côté gauche »
Hubert s’lève, fait l’tour du lit et s’couche à gauche de Marie pis y s’endort.

Marie est de plus en plus inquiète :
Marie : (d’une voix ferme) « ai frais du côté drait »
Hubert : « Marie, j’veux ben enco’ fair’ un effort, mais est l’dernier »
Hubert s’lève, fait l’tour du lit et s’couche à draite de Marie pis y s’endort.

Marie, 10 minutes plus tard : « Hubert, Hubert, ai frais du côté gauche ! »
Hubert : « Non, Marie, j’t’ai dit qu’c’était la dernière fois ! »
Marie : « T’as pas besoin d’te l’ver, t’as qu’à passer pa’d’sus mé. »
Hubert : « Ah bah cha, est pas bête, y’avait point pensé. »

Hubert entreprend de passer par dessus Marie, et lorsqu’il est sur elle, elle le coince entre ses cuisses et lui dit :
Marie : « Hubert, comment qui fait l’taureau ? »
Hubert : « Meuh ! »

L’horaire des couilles

Deux touristes parisiens se promènent dans le maquis corse. Et ils aperçoivent dans un champ un autochtone en train de faire la sieste couché à l’ombre d’un taureau. L’un des deux s’approche et demande l’heure. Alors le corse soulève les couilles du taureau et répond :
« Deux heures moins le quart ». Bien entendu lorsque nos deux parigots raconte cela une fois rentrés a l’hôtel on ne les croit pas. Le lendemain ils sont donc accompagnés de deux amis qui veulent en avoir le coeur net. Donc même affaire le corse fait la sieste couché à l’ombre de son taureau. Et un des touristes va lui demander l’heure. Une fois de plus le corse soupèse les couilles du taureau et répond :
« Une heure et demi ».

Un des touristes à qui on ne la fait pas veut savoir le fin mot de l’histoire et va donc voir le corse :
– Excusez moi, mais est-ce que vous pourriez m’apprendre comment vous faites pour connaître l’heure en soupesant les couilles d’un taureau ?
– C’est simple je soulève les couilles du taureau car elles me cachent le clocher de l’église !

Publicité

Faire comme le taureau

Le fils de la ferme se balade dans un petit chemin en compagnie d’une jolie jeune fille fraîchement arrivée de la ville pour un petit séjour estival en chambre d’hôte. Le jeune gars ne pense qu’à lutiner et justement, ça tombe bien, dans la pâture à côté, le taureau est en train de « faire son affaire » à une vache.

Sautant sur l’occasion, le jeune rural dit à son accompagnatrice avec un petit sourire en coin et un clin d’œil :
– Bon sang ! Qu’est-ce que j’aimerais faire pareil !…

Et la fille répond :
– Oh tu peux y aller… Après tout, c’est ta vache !