14 décembre 2017 – Le viaduc des suicidés

Sujet : Viaduc des suicidés, tout le monde se sent impuissant…

En une quinzaine d’années, 8 ou 9 personnes ont mis fin à leurs jours en sautant du haut d’un pont SNCF désaffecté, vendu à une société privée qui y exploite une activité de saut à l’élastique ! Qui n’y est pour rien, à part avoir mis en lumière l’existence du site via son activité. Les corps s’écrasent 35 m plus bas, le plus souvent devant l’entrée d’une maison habitée par des gens lassés dénonçant l’opacité et l’omerta régnant sur les faits, accusant les élus de ne rien faire et d’éviter que la rumeur ne se propage. Mais pourquoi en feraient-ils la pub ? Il y a 10 ans, toute la presse nationale avait parlé de ce phénomène étrange ; depuis, silence radio, mais les suicides se poursuivent, avec le dernier en date en septembre dernier.

Dessin dans le Sans-Culotte 85 n°111
(Décembre 2017-janvier 2018)

dessin humoristique d'un homme qui enjambe la rambarde d'un pont pour se suicider
14 décembre 2017 – Le viaduc des suicidés

« – Monsieur, venez passer votre baudrier…
– Pour quoi faire ? »
(caricature de suicide)

Rate this post

Le pendu Franco-Belge

Ça se passe il y a quelques années à la frontière franco-belge. Un jour les deux douaniers français trouvent un homme pendu sur un arbre, non loin de leur poste de garde, juste une demi heure avant la fin de leur journée.
– Merde, dit le premier, maintenant il faut appeler la police, le procureur, etc. Tu t’imagines les heures supplémentaires qu’il faut faire… Ça me fait chier, pas toi ?
– T’as raison, dit le deuxième, mais j’ai une idée : on prend le cadavre et on va l’accrocher sur l’arbre de l’autre côté de la frontière comme ça, nos amis belges vont se démerder !

Aussitôt dit, aussitôt fait et les douaniers français rentrent à la maison.

De l’autre côté de la frontière, les douaniers belges font leur ronde lorsqu’ils aperçoivent soudain le cadavre :
– Gotferdom ! S’écrie l’un, t’as vu, le salaud est revenu !

Rate this post

Le héros de l’hôpital psychiatrique

Le directeur de l’hôpital psychiatrique vient d’apprendre qu’un de ses pensionnaires a réussi à empêcher un autre malade de se suicider en l’extirpant d’une baignoire dans laquelle il allait se noyer.

Le directeur examine alors le dossier du « héros » et le fait convoquer dans son bureau.

« Monsieur, votre dossier ainsi que votre comportement héroïque me permettent d’affirmer que vous allez pouvoir quitter notre établissement. Je n’ai qu’un regret, c’est que l’on m’ait appris que l’homme que vous aviez sauvé de la noyade s’est tué un peu plus tard en se passant la corde au cou ».

« Oh, il ne s’est pas tué tout seul », répond le fou, « C’est moi qui l’ai accroché à la fenêtre pour le faire sécher »

Rate this post