L’ivrogne et les jolies filles

Un type est assis dans un bar et descend whisky sur whisky.
Soudain, 2 superbes créatures entrent dans le bar et commandent à boire tout en continuant à discuter.
Le type, un peu éméché, fait des clins d’oeil, des mouvements avec sa langue, etc, etc…
Une des filles se lèvent alors et s’en va aux toilettes. L’autre regarde notre héros et s’approche de lui et le dialogue s’installe :
– Elle te plaît ma copine ?
– Ouuaaaiiiis !!! – Tu voudrais l’embrasser hein ?
– Ouuaaaiiiis !!!
– Tu voudrais la caresser hein ?
– Ouuaaaiiiis !!!!!
– Tu voudrais sentir sa chatte hein ?
– OUUUAAAAIIISSS !!!!!!!
A ce moment la fille s’approche de lui et lui fait « hhhhhhhaaaaaa » en lui faisant sentir son haleine.

Panne de lubrifiant

C’est deux homos qui partent en vacances. Mais drame, il ont oublié de prendre du…. euhh… du lubrifiant, ils s’arrêtent donc dans la première station service.
– Bonjour monsieur, vous auriez de l’huile, la meilleure ? – Certainement, je vous mets de l’IGOL, avec l’IGOL on s’envole !
– Euhhh… Vous n’auriez pas plutôt de la MOTUL ?

La braguette du dormeur

Un type dort dans un champ près d’un village. Sa braguette est ouverte. Trois écolières passent par là. L’une d’elle va voir, attrape ce qui dépasse et s’écrie :
– C’est de la chair ! La deuxième demande à voir et dit :
– Non, c’est de la couenne !
La troisième prend la chose et dit :
– Non, c’est de l’os !
Et comme le type éjacule, elle dit :
– Il y a même de la moelle qui sort !

L’homosexuel, le paysan et sa chèvre

C’est un homosexuel, commercial itinérant, qui rentre à Paris. Mais ce soir, il se trompe de chemin. Il confond une route départementale et un chemin vicinal, une chèvre traverse juste à ce moment-là et il l’écrase.
Un instant après le paysan arrive :
– Oh mais ça va pas ? Non mais r’gardez-moi ça !
– Ecoutez, je suis désolé, je ne l’ai pas vue ! Il n’y avait pas de visibilité. J’avais le pied sur la pédale, comme d’habitude, mais j’ai rien pu faire, je n’ai pas pu l’éviter. Je suis vraiment désolé ! – Ça m’la rendra point ! Et comment j’vais faire, maintenant, sans ma chèvre ?
Alors le commercial lui dit :
– Si vous voulez, je peux la remplacer…
Et le paysan lui fait :
– Ça, certainement pas…
– Et pourquoi ?
– J’aime pas les pédés !