sénescence

Publicité

Le vieux moteur grippé

Un vieil homme de 80 ans se rend à la maternité. Sa femme âgée de 20 ans vient d’accoucher. L’infirmière le félicite mais s’étonne et lui demande :
– Mais, à votre âge, comment avez-vous fait ?
– La bonne mécanique, c’est increvable, répond le vieil homme fièrement, il suffit de faire tourner le moteur de temps en temps pour le décrasser.

L’année suivante le vieil homme et l’infirmière se revoient dans les mêmes circonstances.
– Vous êtes vraiment étonnant, lui dit-elle, vous continuez à faire tourner votre vieux moteur !
– Je pense avoir trouver un régime de croisière adapté, répond le vieil homme.
– Il vous faudra néanmoins penser à changer l’huile, car ce bébé-là, il est tout noir !

La vieillesse, c’est cruel

Sur un banc du parc, trois retraités échangent quelques mots :

Marcel, 70 ans :
« J’peux pas me plaindre, la santé ça va plutôt bien. Je mange, je vois encore sans lunettes, j’entends bien. Avec ma femme, on se câline encore de temps en temps… une fois par mois. Mais, dès que je marche, ce n’est pas facile. Chez moi, ce sont les jambes qui ne vont pas… »

Joseph, 71 ans :
« Moi non plus, je n’ai pas à me plaindre. Pour manger, marcher, dormir, pas de problème. Avec ma femme, on se paye encore du bon temps, pas trop souvent… Noël, Pâques… C’est assez correct. Mais le problème c’est que je ne vois vraiment pas bien, même avec mes lunettes. Chez moi, ce sont les yeux qui ne vont pas… »

Alfred, 72 ans :
« Moi aussi, ça va plutôt bien. Je mange, quoique je n’ai plus mon appétit d’autrefois, mais ça va. Je marche…pas très loin quand même. J’entends encore assez bien et je vois clair sans lunettes. Mais je dois ajouter qu’il m’arrive des trucs bizarres. Tout à l’heure, Marguerite, la femme de ménage s’est baissée pour ramasser le tuyau de l’aspirateur et… je n’ai pas pu résister. Je lui ai retroussé la jupe, baissé mon pantalon, et hop ! Et quand on a eu fini notre affaire, elle s’est retournée et m’a dit : Mais, Monsieur… ça fait la troisième fois ce matin !… Vous voyez les copains, chez moi, c’est la mémoire qui ne va pas ! »

Les trois petits vieux qui se plaignent

Trois petits vieux sont assis au soleil sur un banc et parlent de leur misères, comme tous les jours…

– Ah, dit le premier, ce matin, quand j’ai monté les escaliers, j’ai dû m’arrêter toutes les 3 marches pour souffler !

« Ah les jambes, les jambes » se plaignent les trois petits vieux en cœur…

– Moi, dit le second, je ne digère plus rien, hier soir j’ai mangé du poulet, ce matin quand je rotais ça sentait la basse-cour..

« Ah l’estomac, l’estomac » se plaignent les trois petits vieux en coeur…

– Moi, hier soir, dit le troisième, je me suis retourné vers la Fernande pour la lutiner un peu. « Ben qu’est ce qu’y te prend » qu’elle me dit, « ça fait pas une heure que tu m’as déjà monté dessus ! »

« Ah la mémoire, la mémoire » se plaignent les trois petits vieux en coeur…