scientifique

Le ventre et le bas-ventre

scientifique, blague scientifique, étude, blague étude, sexe, blague sexe, chienne, blague chienne, nourriture, blague nourriture, humour

Des scientifiques se retrouvent pour un congrès où un expert doit présenter sa dernière expérience, tendant à déterminer quel est le besoin primaire chez le chien : le sexe ou la nourriture.
– Nous avons privé un chien de nourriture pendant plusieurs jours. Ensuite, nous l’avons laissé dans une pièce, à la droite un bol de pâtée et à gauche une femelle en chaleur. Le chien s’est précipité sur la nourriture et ensuite vers la chienne. Pour vérifier l’exactitude de notre expérience, nous avons ensuite placé la chienne à droite et la pâtée à gauche. Mais là encore, le chien s’est d’abord dirigé vers la nourriture. Conclusion : manger est bien le besoin primaire du chien.

Soudain un spectateur lève alors la main et demande :
– Sauf votre respect, vous n’avez pas envisagé de changer de chienne ?

Publicité

Nos amis les manchots

Le pingouin (ou plus exactement le manchot) est un animal formidable pour une myriade de raisons. En voici une de plus : son aptitude exceptionnelle à propulser sa crotte pour ne pas salir son nid.

Ainsi, le manchot Adélie (70 cm de haut) défèque à une distance de 40 cm !

L’incroyable nouvelle vient d’être publiée dans le journal Polar Biology sous la plume immaculée de Victor Benno Meyer-Rochow et Jozsef Gal, de l’université de Brême, en Allemagne.

N’allez pas croire qu’il s’agissait d’une étude facile ! il ne suffit pas de s’aventurer sur le continent glacé avec son décimètre pour mesurer la distance allant de l’orificium venti au guano. Les manchots ne peuvent pas, en effet, être approchés à moins de cinq mètres, parce qu’ils sont protégés.

Les chercheurs ont donc procédé à l’aide d’appareils optiques et d’équation sophistiquées. Ainsi, l’addition ou « P » représente la pression, révèle la poussée démentielle de 600 hectopascals (huit fois celle enregistrée chez un homo sapiens) nécessaire à un jet de 40 cm.

Et encore, on pourrait aller plus loin : il suffirait pour cela que le pingouin défèque, non plus debout, mais penché à 45°, pour augmenter sensiblement la portée du tir. Un conseil fort utile, au cas où l’on envisagerait d’organiser des compétitions de défécations de manchots.

Science & Vie, janvier 2004, page 10