La lutte marseillaise

C’est Dédé de l’Estaque (un quartier de Marseille) qui rentre de sa journée de pêche en mer. Il arrive au Bar de la Marine et commence à raconter la lutte acharnée qu’il vient de mener avec un poisson d’au moins 30 kilos.

Dominique le prend par la manche pour l’interrompre et il lui dit :
– Vé, arrête un peu tes cagades. Je l’ai vu ta sardine ; c’est à peine si elle fait ses cinq kilos…
– Hé bé oui … C’est pas étonnant qu’il ait perdu 25 kilos ce poisson après les trois heures de lutte qu’il a mené contre moi…

Le dîner des poissons

« De la baleine à la sardine et du poisson rouge à l’anchois, dans le fond de l’eau chacun dîne d’un plus petit que soi. »

Francis Blanche

Les sardines de Marseille

Un Américain, un Russe et un Marseillais se retrouvent en vacances dans un camping. Ils en viennent à parler de pêche.

L’Américain dit :
– Nous, les Américains, pour pêcher la sardine, on attache un filet derrière un avion et il n’y a plus qu’à le tirer vers la plage pour prendre 200 kg de sardines d’un coup !

Le Russe dit :
– C’est rien ça ! Nous, les Russes, on attache un gros filet derrière un sous-marin et on ramène au bord 2 tonnes de sardines !

Le Marseillais se gratte la tête et pense : ils sont plus forts que nous, les Marseillais, il réfléchit un moment et dit :
– Chez nous, à Marseille, on est encore plus fort que vous. On pêche la sardine avec un aimant !

Les deux autres se mettent à rire et le Marseillais réplique :
– Parfaitement, chez nous, à Marseille, on pêche les sardines avec un aimant parce qu’elles sont déjà en boîte !