Quelle merde cet aspirateur

Une petite vieille entendit la sonnerie de sa porte et alla ouvrir. Elle fut confrontée à un jeune homme, bien habillé, représentant en aspirateur.
– Bonjour, dit le jeune homme. Si je peux prendre quelques minutes de votre temps, j’aimerai vous faire une démonstration de notre tout dernier modèle d’aspirateur. Il ne laisse aucune trace…
– Allez-vous en, dit la veille dame, je n’ai pas d’argent !

Et elle commença à fermer la porte. Aussi vite que l’éclair, le jeune homme coinça son pied dans la porte et l’ouvrit.
– Ne soyez pas si précipitée, dit-il, pas jusqu’à ce que vous ayez vu ma démonstration !

Et là, il déposa un gros sceau de merde de cheval sur son paillasson.
– Si cet aspirateur n’enlève pas toutes les traces de cette merde de cheval de votre tapis, Madame, je m’engage à manger personnellement le reste.
– Bien dit-elle, j’espère que vous avez un bon appétit, car l’électricité a été coupée ce matin !

Le sevrage du chiot

Un représentant de commerce qui était à l’étranger sur les routes depuis plus de deux mois avait enfin la possibilité de rentrer chez lui pour retrouver sa femme et ses enfants afin de fêter Noël en famille.
Pour se faire pardonner après une si longue absence, il décida de faire un beau cadeau à sa progéniture. Sur le chemin de l’aéroport, il s’arrêta dans une animalerie et fit l’acquisition d’un mignon petit chiot labrador.

À l’enregistrement des bagages, une hôtesse lui fait remarquer que la compagnie ne tolère pas les animaux en cabine, et que le chiot devra voyager en soute.

Le représentant fait mine d’acquiescer, puis il se dirige dans les toilettes de l’aéroport et revient se présenter au guichet d’enregistrement un peu plus tard, sans le chiot…

L’avion décolle et quinze minutes plus tard, alors que l’hôtesse arpente le couloir de la classe économique, elle remarque le voyageur de commerce qui semble aller très mal : il est pâle, il s’agrippe à ses accoudoirs et de la sueur perle sur son front. L’hôtesse lui demande si tout va bien
« Oui, oui, ça va… », répond le VRP, « J’ai juste un peu mal au cœur. »

Pourtant, quinze minutes plus tard, l’hôtesse revient et constate que la situation a empiré. Une fois encore, elle demande au voyageur si tout est OK.
– Eh bien, lui répond le VRP d’un ton visiblement embêté, vous savez, le chiot que je vous ai montré à l’embarquement et au sujet duquel vous m’aviez dit qu’il devait voyager en soute… En fait, je ne m’en suis pas séparé, mais je l’ai emmené avec moi ici, en cabine, en le cachant dans mon caleçon.
– Ha ha, répond l’hôtesse d’un ton de reproche, vous allez devoir payer une amende pour cela. Mais dites-moi, pourquoi semblez-vous si crispé ?
– C’est que… Apparemment, ce chiot n’était pas encore sevré…

L’aspirateur de la voisine

Un représentant sonne à la porte d’une dame et lui propose un aspirateur :
– Non merci, cela ne m’intéresse pas, mais allez donc le montrer à ma voisine. Elle me prête souvent le sien et je trouve que, depuis quelque temps, il ne marche plus très bien !

Le meilleur appareil auditif

Depuis plus d’une heure, un représentant essaie de vendre à un sourd un appareil d’audition très perfectionné.
– Non, dit le client éventuel, mon vieux système est excellent.
– Ah, dit le représentant. Et qu’est-ce que c’est comme marque ?
– Aucune. Ce n’est qu’un morceau de fil de fer.
– Et avec ça, demande le représentant ahuri, vous entendez mieux ?
– Non, mais quand les gens voient que j’ai ce truc à l’oreille, ils parlent plus fort !

L’interrogation du représentant

Un inspecteur de police va trouver le commissaire divisionnaire :
– Nous ne pouvons pas poursuivre plus longtemps l’interrogatoire de ce représentant de commerce accusé de meurtre. Depuis trois heures que toute la brigade se relaie pour tenter de lui faire avouer son crime, il a déjà réussi à nous vendre trois aspirateurs, un lave-vaisselle, deux réfrigérateurs et cinq sèche-cheveux.