racismes

Le professeur raciste

Un professeur odieusement raciste demande à un élève blanc :
– Jérôme, où es-tu allé en vacances, l’an passé ?
– A la mer, monsieur.
– Peux-tu m’épeler le mot « mer ».
– M.E.R.
– Bien. Je te mets la meilleure note : A.

Il s’adresse à un deuxième élève blanc :
– François. Par quel moyen de transport t’es-tu rendu sur ton lieu de vacances ?
– En auto.
– Peux-tu m’épeler « auto » ?
– A.U.T.O.
– Bravo ! Je te mets la meilleure note : A.

Le prof se tourne vers un élève noir.
– Et toi, Frédéric, tu t’es bien amusé pendant tes vacances ?
– Non. Il y avait un petit groupe de skinheads qui me battaient dès qu’ils m’apercevaient.
– Oh ! s’écrie le professeur, indigné, les hommes font des choses horribles que ne ferait pas un ornithorynque ! A propos… peux-tu m’épeler « ornithorynque » ?

Publicité

Le perroquet pro-paslestinien

Sarah est ravie. Son mari Jacob vient de lui acheter un superbe perroquet. Le vendeur a promis qu’il parlait divinement. Tous les amis sont venus voir le phénomène: les Blum, les Cohen, les Mochadé, les Bloch … Il n’en manquait pas un seul. Le silence s’installe et tout le monde attend que l’oiseau, qui n’a encore rien dit, se décide.

Soudain, il se met à hurler :
– Vive Yasser Arafat ! Vive les Arabes ! A bas les juifs !!

C’est la consternation. Sarah manque s’étrangler. Les convives, livides, quittent précipitamment la pièce.

Une fois le couple seul, Sarah dit à son mari :
– Mais ça ne va pas, non ? Qu’est ce que c’est que ce perroquet ?
– Je suis désolé, chérie ! Comment aurais-je pu prévoir que cet animal exprime des sentiments pareils ? Tu as vu son nez ?

Le portrait d’Adolf Hitler

Le vieil Abraham Blumenstein vient de gagner au loto. Quelques semaines après avoir encaissé ses gains, il invite tous ses amis pour leur montrer sa nouvelle maison. Les amis rentrent dans la somptueuse demeure et sont étonnés de voir tout ce luxe, de l’or, du marbre, du cristal, c’est incroyable. Ils passent dans les différentes pièces et subitement, dans un corridor, ils remarquent un portrait d’Adolf Hitler.

Les amis sont choqués : comment Hitler, le responsable du massacre de plus de 6 millions de juifs, comment cet Hitler pourrait-il avoir son portrait dans la maison d’Abraham Blumenstein, lui-même rescapé des camps de la mort ?!!!.

Et c’est alors que le vieil Abraham remonte la manche de sa chemise et dit :
– Eh… c’est la moindre des choses, il m’a donné les numéros gagnants !