publicité mensongère

Les gens sont médisants

Un mec, une nana :
– Tu vois, finalement, il ne faut jamais croire ce que disent les gens… On m’avait affirmé que tu étais nulle au lit.
– Je suis bien d’accord avec toi, on m’avait dit que tu étais un bon coup…

Le super job

En soirée, après avoir flirté longuement avec un mec, une nana explique à sa copine :
– Il dit qu’il a un bureau avec vue et qu’il est payé pour voyager dans un véhicule de 400.000 euros… Tant pis pour la morale, je vais coucher avec lui ce soir !

Au petit matin, après une folle nuit d’amour, la nana demande au mec :
– Et donc, tu fais quoi, exactement, dans la vie ?
– Conducteur de bus…

L’appel de la bouffe

C’est les vacances. En prenant l’apéritif avec ses amis au camping de Bray-Dunes, Paulo raconte que la veille, il a mangé un steak ÉNOOOORME et délicieux (avec frites à volonté bien sûr) dans un des restaurants de la ville.

Émoustillés par le récit de son repas et affamés comme des vaches sur la banquise, tous les convives décident de retourner dans ce restaurant et de vérifier « de goustu » les dires de Paulo.

Lorsqu’ils se présentent dans le restaurant, le serveur place les membres du groupe autour de plusieurs tables au fond.

Après l’examen du menu, la bande de carnivores commande qui un steak-frites, qui une entrecôte-frites qui une bavette-frites.

Mais lorsque le serveur amène les plats, c’est la déception ! Toutes les pièces de viande sont ridiculement petites…

Paulo, très embarrassé vis à vis de ses copains, attrape la manche du serveur :
« Dis moi garçon, hier, quand je suis venu ici, tu m’as apporté un steak énorme. Aujourd’hui, je reviens avec mes copains à qui j’ai vanté ton restaurant, et tu nous apportes des rations de viande pour enfants… Qu’est-ce que ça veut dire ?! »

« C’est que », commence le serveur un peu gêné, « hier vous étiez assis près de la fenêtre… »

Le loyer de l’appartement prostitué

Un homme d’affaires rencontre un soir une très belle jeune femme. Celle-ci accepte de passer la nuit avec lui pour 300 euros. Quelques heures après, au moment de payer, l’homme s’aperçoit qu’il n’a pas de liquide.

Il explique alors à la jeune femme qu’il lui fera envoyer un chèque par sa secrétaire, en le faisant passer pour le « loyer de l’appartement ».

Arrivé au bureau, l’homme réfléchit et se dit que tout ça ne valait pas 300 euros ; il dit alors à sa secrétaire de poster un chèque de 150 euros avec le mot suivant :

« Chère Madame,
Ci-joint un chèque de 150 euros pour le loyer de votre appartement. Je ne vous envoie pas la somme convenue, car, au moment de louer l’appartement, je pensais :
– Qu’il n’avait jamais été occupé.
– Qu’il était chaleureux.
– Que c’était un petit nid douillet.
Cependant, la nuit dernière, je me suis rendu compte qu’il avait déjà été habité, qu’il était glacial et beaucoup trop grand. »

Quelques jours après, l’homme reçoit le chèque en retour accompagné d’un mot :

« Cher Monsieur
Je m’étonne que vous ayez pu croire qu’un si bel appartement puisse rester inoccupé. De plus il suffit de savoir utiliser le chauffage pour qu’il soit chaleureux. Enfin vous ne pouvez pas me tenir responsable du fait que vous n’ayez pas assez d’affaires pour le remplir convenablement. »