L’odeur des hamsters

Pour célébrer leur dixième anniversaire de mariage, un homme a décidé d’offrir un couple de hamsters à sa femme. Les deux animaux semblent très amoureux l’un de l’autre et symbolisent à merveille le mariage parfait.

Mais dès qu’elle aperçoit la cage contenant les deux spécimens, la femme fait un bond en arrière et s’exclame : « Mais tu es complètement fou ? Qu’est-ce que tu veux que je fasse de ça ? »

Le mari fait observer à sa femme à quel point les deux hamsters semblent complices et heureux. Mais celle-ci, dégoûtée, reprend :
– Et d’abord, où tu veux que je les mette ?
– On pourrait les installer dans la chambre à coucher…
– Mais tu n’y penses pas… Et l’odeur ?
– Oh pour ça, ils feront comme moi, il faudra bien qu’ils s’y habituent.

Miction impossible

Dans un café, un des consommateurs ressent soudainement l’envie de vidanger sa vessie. Il se rend dans les toilettes et remarque tout de suite un autre gars, un manchot, qui se tient devant les urinoirs d’un air malheureux.

Le consommateur se doute bien du problème qui se pose au manchot, et, bonne âme, il lui propose son aide :
– Vous voudriez peut-être que je vous aide, c’est ça ?
– Oh oui, c’est très gentil à vous. Si vous voulez bien me baisser ma braguette…

Une fois sa braguette baissée, le manchot s’avance vers l’urinoir et demande :
– Si vous pouviez encore me la sortir…

Un peu gêné, le consommateur s’exécute. Il baisse le slip du manchot et en extrait une chose parsemée de boutons et de pustules, d’une couleur intermédiaire entre le marron et le vert, et remplie de croûtes et de poils agglutinés. Le tout dégageant une odeur de Maroilles du plus bel effet !

Le spectacle atroce et l’odeur pestilentielle poussent le gars à détourner le regard pendant que le manchot satisfait son envie. Une fois la miction accomplie, le consommateur remet malgré tout la chose purulente en place dans le pantalon, après l’avoir égouttée préalablement, et puis, n’y tenant plus, il demande :
– Mais enfin, qu’est-ce qu’il a votre pénis pour être ravagé à ce point ?

Et là, le manchot sort ses bras de sa chemise et répond :
– J’en sais rien, mais en tous cas, moi j’y touche plus depuis un mois !

Le déodorant inefficace

C’est l’été, il fait chaud, très chaud, trop chaud. Le bureau n’est pas climatisé et tout le monde sue à grosses gouttes, même avec les ventilateurs qui fonctionnent à pleine vitesse.

Petit à petit, une odeur infecte s’insinue dans la pièce. Au bout de quelques temps, tout le monde a le nez bouché. Un des employés finit par dire :
– Beurk, il y a quelqu’un par ici dont le déodorant ne fait plus effet…

Et en tapotant sur son clavier, un gars répond :
– Ça ne peut pas être moi, je n’en mets jamais…