Le couple impérial revisité

Aux admissions de l’Hôpital Sainte-Anne, le médecin-chef interroge un nouvel arrivant.
– Alors, cher monsieur, qu’est-ce qui motive votre internement dans notre bel hôpital psychiatrique ? Quel est votre problème ?
– Mais je n’ai aucun problème ! répond le patient, je suis Napoléon Bonaparte et je n’ai aucune raison d’être retenu ici contre ma volonté.

Le médecin semble songeur un moment, puis il reprend la parole :
– Je vois cependant un grave paradoxe dans ce que vous me dites : nous avons déjà ici même un Napoléon Bonaparte !
– C’est un IMPOSTEUR ! crie le fou. Présentez-le moi et la vérité surgira !

Le médecin se lève et dit :
– Vous avez raison, le mieux est de vous confronter l’un l’autre. Suivez-moi, je vais vous amener à sa chambre…

Et les deux hommes se rendent dans la chambre du premier Napoléon. Dès leur mise en présence, le ton monte. Le nouveau s’énerve :
– Imposteur ! C’est moi le véritable Napoléon Bonaparte !
– Pas du tout, répond l’autre, je suis le seul et unique Napoléon.

Le médecin les prie de se taire et leur dit :
– Voici ce que je vais faire : je vous laisse ensemble pour la nuit, et je reviendrais demain matin. La nuit portant conseil, je pense que la situation sera plus claire d’ici douze heures.

Le lendemain matin, le médecin-chef ouvre la porte de la chambre :
– Alors, ça y est. Les choses sont rentrées dans l’ordre ?
– Oui parfaitement, dit le nouveau. C’est moi le seul et unique Napoléon.

Le médecin se tourne vers l’ancien pensionnaire…
– Oui, répond-t-il d’une voix timide, il a raison, c’est bien lui Napoléon.
– Ah bon, fait le médecin dubitatif, mais alors si vous n’êtes pas Napoléon, qui êtes-vous ?

Alors l’ancien se met à rougir et avoue :
– Moi ? Eh bien, je suis Joséphine…

Se faire baiser par les impôts

Un contrôleur du fisc épouse une femme qui a déjà été mariée six fois. Au cours de la nuit de noce, la jeune épouse dit à son mari :
– Mon chéri, sois plus doux, s’il te plait. Je suis vierge.

Les bras en tombent à notre inspecteur :
– Hein, quoi ? Mais tu as déjà été mariée 6 fois.
– Ben oui ; Mon premier mari était psychiatre. Il ne faisait que parler de sexe. Mon deuxième mari était gynécologue. Il ne faisait qu’ausculter. Mon troisième était philatéliste et se contentait de lécher. Mon quatrième était manager des ventes : il disait qu’il connaissait le produit, mais ne savait pas comment l’utiliser. Le cinquième était fonctionnaire : lui disait qu’il savait ce qu’il fallait faire, mais que ce n’était pas de sa compétence. Et mon sixième mari, enfin, était électricien. Il disait que si tout fonctionne normalement, il vaut mieux ne toucher à rien. Alors, je t’ai épousé toi, un inspecteur des impôts, pour être certaine de me faire baiser à mort et de bien me faire enculer.

La folie du ménage

– C’est plus fort que moi, explique une femme à un psy : dès que j’ai fini de faire la vaisselle, il faut que je me mette à passer l’aspirateur, puis à laver le dallage, puis à faire les carreaux… Docteur, pouvez-vous me guérir de cette obsession ?
– Je m’en garderais bien. En revanche, je suis prêt à vous employer comme femme de ménage au double du tarif syndical.

Maladie de couple

Une dame est convoquée par le médecin chef de l’hôpital psychiatrique où son mari séjourne depuis quelques années :
– Je crois, Madame, qu’il est temps aujourd’hui que vous rameniez votre époux à la maison !
– Mais docteur, vous m’avez pourtant dit la semaine dernière qu’il n’était pas tout à fait guéri !
– Je sais bien, mais quand il sera totalement guéri, il ne voudra plus vous suivre !

Le jeune homme et la poule

Un jeune homme un peu original vient un jour consulter le médecin :
– Écoutez docteur, j’ai un problème. Je suis persuadé d’être un grain de maïs et ça me pose des problèmes, car l’autre jour par exemple, je suis passé à côté d’un poulailler industriel et je me suis mis à paniquer à l’idée que les poules veuillent me manger. Vous comprenez, si ça continue, je risque de devenir vraiment fou !

Le médecin l’écoute attentivement et décide de le prendre en main afin de le guérir.

Dix-huit mois plus tard, ils fêtent ensemble dans un bar la guérison du jeune homme, lorsque le médecin improvise un lâcher de poule.

En apercevant les volailles, le jeune homme s’enfuit à toute vitesse.

Le médecin le rattrape :
– Mais qu’est-ce que vous faites ? Vous savez bien que vous n’êtes pas un grain de maïs ! La thérapie, tous ces efforts, tout ce temps… Vous avez compris, non ?
– Oh oui, moi je sais que je ne suis pas un grain de maïs, mais la poule, elle, elle ne le sait pas !